Le gouvernement s’engage à exécuter fidèlement l’accord interprofesseionnel

Le gouvernement s’engage à exécuter fidèlement l’accord interprofesseionnel
Photo News

Le Conseil des ministres restreint (kern) s’est réuni mardi soir à propos de l’accord interprofessionnel 2021-2022 pour le secteur privé. « Le gouvernement fédéral s’est engagé à exécuter les accords dans leur intégralité », a-t-on appris mercredi à bonne source.

Dans la nuit de lundi à mardi, les partenaires sociaux, patronat et syndicats, sont parvenus à un accord social sur plusieurs points : une augmentation du salaire minimum, la mise en place d’une forme de crédit-temps (mi-temps ou quatre cinquièmes) de fin de carrière pour rester employé plus longtemps ou encore la possibilité de prester volontairement 120 heures supplémentaires jusqu’à la fin 2022. En avril dernier, ils s’étaient déjà accordés sur la répartition de l’enveloppe bien-être. Celle-ci prévoit notamment l’augmentation des allocations sociales à partir du 1er juillet.

Comme déjà annoncé, aucun accord n’a par contre pu être conclu sur la marge salariale fixée à 0,4 % hors indexation et hors primes corona. Le gouvernement exécutera dès lors cette marge à laquelle s’ajoutera une prime unique de maximum 500 euros sous forme de chèque-consommation. Celle-ci devra être négociée par secteur et/ou en entreprise.

Mardi, le kern s’est réuni pour prendre position sur ce dispositif. « Le retour est globalement positif », nous glisse une source bien informée. « Le gouvernement estime que c’est un accord équilibré. Il n’y a pas une partie qui l’emporte sur l’autre et, en outre, il rentre dans les clous de l’accord de gouvernement », a joute-t-on à propos de l’accord conclu mardi matin.

« Une lettre a été envoyée au président du Groupe des dix pour le féliciter et signaler que le gouvernement exécute fidèlement l’accord », ajoute une autre source. Cette exécution concerne tant la répartition de l’enveloppe bien-être que l’accord social conclu dans la nuit de lundi à mardi. En ce qui concerne l’enveloppe bien-être, le calendrier annoncé par les partenaires sociaux, avec les premières mesures dès le 1er juillet, a été confirmé. Cela concerne notamment une augmentation de 2 % de la pension minimum, des allocations minimales et du Revenu d’intégration sociale (RIS).

En parallèle au parcours législatif qui peut commencer sur l’ensemble des points, des réunions techniques en inter-cabinets doivent se tenir. Le gouvernement évaluera également l’impact budgétaire des différentes mesures. Quelques clarifications techniques ont en outre été demandées aux partenaires sociaux.

L’autre point d’attention portera sur le marché de l’emploi, dans la perspective affichée par l’exécutif d’aboutir à un taux d’emploi de 80 % à l’horizon 2030.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous