Accueil Monde France

France: pourquoi la séquence de la gifle peut profiter à Macron comme à Le Pen

Si l’exécutif français martèle qu’il s’agissait d’un acte isolé, pour d’autres, c’est le signe d’une grogne bien présente dans la société française depuis les gilets jaunes.

Article réservé aux abonnés
Cheffe adjointe au service Monde Temps de lecture: 4 min

Existe-t-il encore un rempart entre le président de la République et les Français en colère ? L’image d’Emmanuel Macron giflé par un homme s’écriant « Montjoie Saint Denis ! » lors d’un déplacement à Tain-l’Hermitage (Drôme), mardi, était encore nette dans les esprits ce mercredi et se pose en momentum de la campagne en vue des élections régionales. Si ce n’est pas la première fois qu’un politique se fait gifler en campagne – on se souvient de Manuel Valls, alors candidat à la primaire de la gauche en 2017, qui s’était vu asséner une claque en marge d’un déplacement en Bretagne –, l’agression a suscité l’indignation générale, de l’extrême gauche à l’extrême droite.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en France

France: nouvelle condamnation pour Claude Guéant

Déjà incarcéré du fait d’une précédente condamnation, l’ancien ministre de l’Intérieur et secrétaire général de l’Elysée s’est vu infliger vendredi un an de prison dont huit mois ferme, dans l’affaire des sondages de l’Élysée sous Nicolas Sarkozy. Une sanction dont il va faire appel.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs