L’Euro en terrasse: tolérance générale pour les supporters

Les terrasses se remplissent gentiment, mais tous les bourgmestres  de Belgique savent que, dès vendredi, les soirées seront animées.
Les terrasses se remplissent gentiment, mais tous les bourgmestres de Belgique savent que, dès vendredi, les soirées seront animées. - Pierre-Yves Thienpont.

De Bruxelles à Liège en passant par Mons, aucun bourgmestre ne semble vouloir endosser le costume du casseur d’ambiance durant l’Euro. Alors que l’Intérieur vient de mettre à jour son protocole sanitaire relatif à la diffusion des matchs des Diables rouges dans les établissements horeca, la plupart des élus aux manettes dans les grandes villes francophones du pays font d’ores et déjà savoir que le temps de la répression est révolu.

Au-delà d’une volonté générale d’acter le retour à la normale, maintenant passé le « jour de la libération », il s’agit plus largement d’une question de lucidité. « Il ne faut pas penser qu’on va pouvoir tout maîtriser et faire respecter, il faut arrêter de se casser trop la tête», illustre ainsi déjà Christos Doulkeridis, bourgmestre Ecolo d’Ixelles. Avant d’ajouter : « La meilleure gestion du risque, c’est d’encourager les gens à se faire vacciner. Si je pouvais, j’installerais des stands de vaccination à côté des terrasses ! » Même sentiment à Liège : « Ça va être relativement compliqué d’interdire aux gens de se lever si la Belgique ou une autre des équipes qu’ils supportent marque », constate-t-on au cabinet du bourgmestre Willy De Meyer (PS). Bref, partout les maîtres mots semblent être souplesse et compréhension, pas de chasse au supporter ou encore pédag ogie.

Bien sûr, la tolérance aura ses limites. S’il est possible que cette heure butoir soit revue à l’issue des matchs de poules, pour l’heure les cafés (mais aussi les supporters surchauffés) seront bel et bien priés de lever le camp une fois passé 23h30. Si les maïeurs que nous avons interrogés font savoir qu’une présence policière viendra certes rappeler aux supporters qu’il est l’heure d’aller se coucher, la plupart ajoutent que la dernière de leurs envies est de voir les autopompes s’activer pour faire déguerpir tout le monde. « La police n’hésitera pas à rappeler la norme, mais elle saura faire la part des choses entre une bagarre au Marché aux Herbes et des gens qui s’écartent un peu de la norme dans les cafés », rassure-t-on au cabinet de Nicolas Martin (PS), bourgmestre de Mons.

Inutile, enfin, de s’attendre à voir des équipes de policiers faire du porte-à-porte en vue de traquer les supporters tentés d’organiser des soirées foot chez eux. A priori, les forces de l’ordre concentreront leurs efforts ailleurs. « On a déjà convenu au niveau de la police intégrée que ce n’était pas la priorité. On n’ira pas à la recherche de fautes », détaille Michel Goovaerts, le chef de corps de zone de police Bruxelles-Capitale-Ixelles.

> Tous les détails sont à lire sur Le Soir Plus

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous