Accueil Opinions Chroniques

La chronique «Déjà vu»: de la triangulation

Joe Biden cherche des alliés en Europe contre Vladimir Poutine et Xi Jinping. De là à imaginer que ces derniers surmontent leur propre animosité et s’allient, comme Joseph Staline et Mao Zedong naguère…

Article réservé aux abonnés
Chef du service Forum Temps de lecture: 5 min

Symboliquement, le président Joe Biden a choisi l’Europe pour son premier voyage officiel à l’étranger. Une opération de séduction auprès d’alliés historiques mais délaissés depuis une dizaine d’années par Washington.

Ce retour de la diplomatie américaine sur le Vieux Continent, cette volonté d’y raviver les alliances s’inscrivent dans le contexte des relations exécrables que les Etats-Unis entretiennent avec la Russie et la Chine. Une attitude qui tranche avec les foucades solitaires du prédécesseur de Biden. Mais uniquement sur la forme…

Sur le fond, ces quatre dernières années, les relations américano-russes avaient bel et bien des airs de Guerre froide. Certes, Donald Trump épargna-t-il globalement Vladimir Poutine de sa vindicte coutumière – en raison des micmacs liés à son élection, ne manqueront de préciser certains – mais il laissa la bride sur le cou au secrétaire à la Défense, Jim Mattis, ou au secrétaire d’Etat, Mike Pompeo.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Chroniques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs