Accueil Société

Indépendance de l’APD: la panne de réveil du parlement

Silence radio dans la foulée de la procédure d’infraction au RGPD lancée par la Commission européenne contre la Belgique. La seule piste concrète à signaler vient des bancs PTB.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

Deux mois. C’est le temps qu’il reste aux autorités belges pour régler le problème de l’indépendance de l’Autorité de protection des données (APD). Mercredi, la Commission européenne, par la voie de Didier Reynders, en charge de la Justice, a armé le compte à rebours en lançant formellement la procédure d’infraction au RGPD. Au-delà de ce délai, ce sera la Cour de justice européenne. La balle est résolument dans le camp du parlement, seule instance à avoir la main sur la nomination (et la récusation) des membres de la gardienne de la vie privée. Sa mission : « trancher dans le vif » les problèmes d’incompatibilité légale posés par plusieurs membres externes, également mandataires publics (comme Frank Robben, le patron des institutions gérant les échanges de données de santé de sécurité sociale). Ou ayant exercé des missions sous l’autorité du gouvernement (comme Bart Preneel, voire David Stevens qui a participé à la « Task Force Corona »).

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par De Pauwer Agathe, jeudi 10 juin 2021, 20:31

    Allez, les journalistes, au boulot ! Qu'est-ce qui paralyse les députés ? Quel est le pouvoir occulte de F. Robben sur les partis ? A mon avis, c'est simple : quelqu'un qui a maîtrise sur des trésors de données privées a aussi barre sur tous les politiciens, il les fait chanter.

Aussi en Société

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs