Baromètre de la motivation: un sondage pour comprendre l’hésitation vaccinale

Baromètre de la motivation: un sondage pour comprendre l’hésitation vaccinale
Photo News

Un nouveau volet du Baromètre de la motivation va s’attacher à mieux comprendre les préoccupations et interrogations qui subsistent par rapport à la vaccination. Le questionnaire cherchera non seulement à déterminer les raisons qui sous-tendent l’hésitation vaccinale, mais aussi les questions que les personnes vaccinées se posent sur la suite des événements.

Cette nouvelle enquête interuniversitaire (UGent, UCLouvain et ULB) est lancée ce vendredi sur les sites du Soir et des journaux du groupe SudPresse, partenaires de l’opération, et relayée sur les réseaux sociaux des deux médias. Les résultats sont attendus d’ici une quinzaine de jours et seront livrés en primeur par Le Soir et SudPresse.

>>Le lien vers l’enquête : https ://uclpsychology.co1.qualtrics.com/jfe/form/SV_9vIVOx08IkXj5GK<<

« Le but est de décortiquer les raisons d’éventuelles réticences que certaines personnes pourraient encore avoir », explique Vincent Yzerbyt, professeur de psychologie sociale de l’UCLouvain et membre du groupe Psy et Corona. « Elles sont légitimes et il faut que les autorités puissent à tout le moins les entendre parce qu’on s’avance vers un moment charnière de la campagne de vaccination, tandis que les dernières convocations sont en train d’être envoyées. Je pense qu’une grande partie des personnes qui hésitent à se faire vacciner seront disposées à le faire si elles se sentent entendues. Il y a un vrai enjeu à répondre aux questions que les gens se posent encore, qui peuvent aussi dépendre de convictions religieuses ou philosophiques. »

Un précédent rapport du Baromètre avait révélé le mois dernier qu’un tiers des francophones qui n’avaient pas encore été vaccinées ne souhaitaient pas l’être. Pour préoccupante que cette proportion puisse paraître pour atteindre un taux d’immunité collective suffisant et ainsi faire barrage au virus, le baromètre interuniversitaire a toutefois montré que l’hésitation vaccinale avait tendance à se tasser au fil du temps : 74 % des personnes sondées indiquaient ainsi avoir révisé positivement leur jugement sur la vaccination.

A plusieurs reprises depuis le lancement du Baromètre de la motivation, les psychologues ont montré toute l’importance d’une motivation dite « intrinsèque », qui se fait par choix et en connaissance de cause et non par devoir ou contrainte. Il est donc essentiel de répondre aux questions que les gens se posent pour qu’ils puissent agir en connaissance de cause. Un point de vue partagé par le politologue Vincent Laborderie (UCLouvain), qui faisait récemment «L’éloge de l’hésitation » dans une carte blanche parue dans L’Echo  : « Ce moment de réflexion est nécessaire à ce qui est un des principes de la médecine moderne : le consentement libre et éclairé du patient à un traitement. Or, il y a lieu de se demander si la politique vaccinale telle qu’elle est pratiquée aujourd’hui en Belgique respecte bien ce consentement libre, c’est-à-dire en l’absence de contrainte, et éclairé, c’est-à-dire précédé par une information complète et adaptée à chaque personne. »

Sur le même sujet
PolitiqueBelgique
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous