Accueil Société

Yves Van Laethem: «Les données épidémiologiques continuent inlassablement d’évoluer favorablement

Le Centre de crise a tenu son deuxième et dernier point presse de la semaine, ce vendredi. Les experts assurent que les chiffres continuent d’évoluer dans le bon sens.

Temps de lecture: 2 min

Lors de leur deuxième et dernière conférence de presse de la semaine, les experts du Centre de crise ont confirmé la tendance à la baisse de tous les indicateurs.

« Les données épidémiologiques continuent inlassablement d’évoluer favorablement », assure Yves Van Laethem. « C’est grâce à la vaccination et au beau temps, assure l’expert du Centre de crise.

Par ailleurs, cette évolution positive de la situation sanitaire donne à pense que «la Belgique pourrait passer en orange sur la carte de l’ECDC d’ici 1 semaine», annonce M. Van Laethem.

Cependant, « en Belgique aussi, le variant Delta (indien) est en progression. Il est plus contagieux que le variant alpha (britannique) et peut encore provoquer de nombreuses infections, dans des tranches d'âge qui ne sont pas encore vaccinées, et qui ont de plus en plus de contacts entre elles », explique le porte-parole francophone du Centre de crise.

Les chiffres du jour

Il y a eu en moyenne 60,6 admissions à l’hôpital par jour pour cause de coronavirus entre le 4 et le 10 juin, soit une baisse de 23 % par rapport à la période de référence précédente. Au total, 820 personnes sont encore hospitalisées en raison du covid, dont 302 patients traités en soins intensifs, selon les derniers chiffres de l’Institut de santé publique Sciensano mis à jour vendredi matin.

Entre le 1er et le 7 juin, 1.173 nouvelles contaminations au coronavirus ont été dépistées en moyenne par jour, en baisse de 38 % par rapport à la semaine précédente. Depuis le début de la pandémie en Belgique, 1.074.204 infections ont été diagnostiquées.

Sur la même période, 10,9 personnes sont décédées par jour en moyenne des suites du virus, portant le bilan à 25.068 morts depuis le début de la pandémie en Belgique.

Près de 43.400 tests en moyenne ont également été effectués quotidiennement, pour un taux de positivité de 3,3 %.

L’incidence, qui renseigne le nombre moyen de nouveaux cas journaliers pour 100.000 habitants, atteint 185,8 sur 14 jours. Le taux de reproduction du virus est quant à lui de 0,83. Lorsqu’il est inférieur à 1, cet indicateur signifie que l’épidémie tend à ralentir.

Habitat

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

11 Commentaires

  • Posté par Eric Flahaut, vendredi 11 juin 2021, 13:11

    @Rambeaux (l’imbecile d’office): si les vaccinés seront protégés par ces potions magiques, pourquoi insiste-t-on à vacciner non plus 70% (comme on martelait depuis mars 2020) mais maintenant 90% de la population. C’est la preuve que la vaccination n’est pas la solution unique et magique. Il faut investir massivement en médicaments pour traiter le covid. Mais votre espèce d’abrutis n’est pas capable de comprendre ça…

  • Posté par Raspe Eric, samedi 12 juin 2021, 9:24

    Félicitation à monsieur Rambeaux. Il a encore réussi a fermer le clapet de ce sombre crétin de flahaut qui doit raser les murs de honte après les données extraordinaires communiquées par Sciensano (https://plus.lesoir.be/377582/article/2021-06-11/coronavirus-seuls-032-de-la-population-ete-infectee-par-le-covid-apres-avoir-ete). L'imbécile est clairement identifié.

  • Posté par massacry olivier, vendredi 11 juin 2021, 22:00

    Donc votre choix est de nouveau la saturation des hôpitaux où les patients seront traiter avec de futurs médicaments miracles. En attendant, ...on reconfine à tours de bras?

  • Posté par GUALANCOL Stéphane, vendredi 11 juin 2021, 18:16

    « Le R0 [est] le nombre moyen de personnes qu’une personne contagieuse peut infecter. Ce taux s’applique, et se calcule à partir d’une population qui est entièrement susceptible d’être infectée, c’est-à-dire qui n’a pas encore été vaccinée ni immunisée contre un agent infectieux. » Il permet également de déterminer la proportion minimale au sein d'une population (P) qui doit être immunisée par l’infection naturelle ou par vaccination (si disponible) pour empêcher le déclenchement ou la persistance d’une épidémie : P = 1 - 1/R0 R0 nombre de reproduction de base covid estimé entre 2 et 4 soit entre 50 et 75 % personnes à immuniser soit de manière vaccinale soit en contractant la maladie. Les difficultés principales auj concernent la durée de cette immunisation. Le R0 est modélisé et ne se recalcule pas c'est une donnée de départ. Sinon on parle de Rt. Bien cordialement

  • Posté par Rambeaux Paul, vendredi 11 juin 2021, 13:52

    Et les causes multiples, ça vous dit quelque chose ? Le beau temps joue un rôle, la vaccination un rôle beaucoup plus grand (puisque parmi les vaccinés, seuls 0,5% ont fait un covid, et encore est-il la plupart du temps asymptômatique), le comportement des gens aussi, etc. Par ailleurs, personne n'a jamais dit que la vaccination est la "solution unique" comme vous l'affirmez, mais c'est celle qui est la plus immédiatement disponible dans l'état actuel des choses (comme le confinement était le seul moyen disponible il y a quelques mois). Et, visiblement vous l'ignorez, la recherche du côté des soins continue, avec les anti-corps monoclonaux notamment, et d'autres pistes... Malheureusement, il ne suffit pas d'investir pour trouver une solution : la science, ce n'est pas de la magie contrairement à ce que vous croyez. Si on a choisi d'avancer prioritairement sur les vaccins, c'est parce que la piste était prometteuse, étant donné que les coronavirus sont bien connus depuis de nombreuses d'années, et que dès janvier, SARS-COV2 était totalement séquencé. Par ailleurs, contrairement à ce que vous affirmez, il a été prouvé statistiquement que la vaccination protège également en grande partie contre la contagiosité. Quant à savoir pourquoi il faut 70% (et même 80% avec le variant indien), ça n'a rien d'arbitraire, il y a une explication purement mathématique à cela, je tente d'expliquer, on ne sait jamais. En moyenne, il a été observé qu'un contaminé au SARS-COV2 est en mesure de contaminer 3 personnes. C'est le fameux R0. Donc, si plus de deux tiers de la population qu'il côtoie est immunisée, alors deux des trois personnes qui auraient été contaminées ne le sont pas. Du coup, au dela de 2/3 (66%), un contaminé contaminera en moyenne moins de 1 personne, et fatalement l'épidémie s'éteint, et tout le monde est protégé, même les antivax, et la collectivité a un gros problème en moins, l'économie peut redémarrer. Le variant indien a un R0 supérieur, donc il faut plus de 70%. Il n'y a rien d'incompréhensible ni de magique ni d'arbitraire.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko