Accueil Sports Football Football à l'étranger Euro 2020

Vincent Langendries, Diables au corps

Le journaliste de la RTBF commente tous les matchs des Diables rouges de l’Euro. Moins discret qu’au début de sa carrière, Langendries laisse de plus en plus parler ses émotions et sa fibre patriotique.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 11 min

A 52 ans, on ne se refait pas. Ce samedi, à Saint-Pétersbourg, quand les 11 Diables sélectionnés par Martinez feront leur apparition sur le terrain, Vincent Langendries, à son poste de commentateur, frétillera certainement de bonheur. Enthousiaste comme au premier jour, le journaliste s’est vu confier la responsabilité de commenter l’ensemble des matchs des Diables rouges à l’Euro. Une première pour lui, qui est pourtant un habitué des grands rendez-vous sportifs, en football mais aussi en athlétisme. La Coupe du monde en Russie, en 2018, il y était. L’Euro en France, aussi. Le jour où Nafissatou Thiam a été couronnée à l’heptathlon aux Jeux olympiques, en 2016, il était là également. Et sur le balcon de l’hôtel de ville de Bruxelles aux côtés des Diables rouges, face à la Grand-Place noire de monde après la Coupe du monde au Brésil ? Aussi.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par ESCOUFLAIRE Jérôme, samedi 12 juin 2021, 1:38

    Eh bien non... Vincent Langendries, n'est pas un journaliste. C'est même la honte de la profession. Sur aucune chaîne vous n'entendrez un commentateur dire " nous" lorsqu'il commente les phases de l'équipe de sa propre nation. C'est la base de la déontologie, et même Thierry Roland n'avait jamais osé l'enfreindre. Le fils à papa Langendries n'a aucun vrai talent, à part celui de s'emmêler les pinceaux, plus occupé à triturer la fibre patriotique que les faits du terrain... Il me file régulièrement la nausée, et je ne suis pas le seul. Mais il n'est pas le seul, hélas. Je vois se développer dans le plat pays une sorte de chauvinisme fat, qui endort. Aucun esprit critique, pas de respect pour l'adversaire... En fait tout ce que l'on déteste chez des nations dominantes, mais qui elles, ont déjà gagné des trophées. Tubize, morne plaine.

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs