Accueil Belgique Politique

Joe Biden en Europe: le roi Philippe reçoit son troisième président américain

Après Barack Obama en mars 2014 et Donald Trump en mai 2017, le souverain reçoit Joe Biden en audience ce mardi, en présence du Premier ministre et de la ministre des Affaires étrangères. Dix ans, quasi jour pour jour, après leur première rencontre, à Washington.

Article réservé aux abonnés
Cheffe adjointe du service Politique Temps de lecture: 3 min

L’image date d’il y a dix ans, quasi jour pour jour. Une époque où Philippe était encore dans l’antichambre royale, comme prince héritier, et Joe Biden dans l’antichambre présidentielle, comme vice-président américain. C’était à Washington, lors d’une mission économique menée par Philippe outre-Atlantique. Le 28 juin 2011, les deux hommes se rencontraient une première fois à la Maison Blanche.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par stals jean, samedi 12 juin 2021, 13:16

    A l'occasion de la venue en Europe et à Bruxelles de Biden, je dis Biden à dessein car je n'ai aucune raison de marquer vis à vis de ce personnage le moindre signe de politesse, dont je suis pourtant parfaitement capable. Biden veut la peau de Julian Assange, un homme dont le seul et unique "crime" est d'avoir dénoncé via son réseau Wikileaks les crimes, les vrais ceux la, de certains militaires de l'armée américaine basée en IRAK. Les médias aux mains des grands groupes de presse et de certains grands argentiers dont le quotidien Soir fait partie, s'évertuent à propos de Julian Assange, et cela depuis des années à créer ce silence assourdissant qui étonne et qui fâche. Ce "circulez y a rien à voir" alors que du monde entier, en permanence et sans désemparer parce que les réseaux sociaux le permettent, des personnalités, des manifestations publiques dénoncent, et les USA et Londres, de maintenir prisonnier comme le dernier des criminel ce "lanceur d'alertes" de génie et de probité. A propos des tortures indignes infligées à Julian Assange, ce n'est bien entendu pas, en principe en tout cas, le rôle du Roi Philippe de souffler à l'oreille de Biden qu'en sa qualité de premier représentant d'une nation qui se veut la plus grande démocratie du Monde, la libération inconditionnel de Julian Assange le grandirait lui et l'Amérique...

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs