Première victoire de l’Autriche dans un Euro après son succès face à la Macédoine du Nord (3-1, vidéos)

AFP
AFP

L’Autriche a enfin remporté sa première victoire dans un Euro en battant la Macédoine du Nord (3-1), grâce à deux changements décisifs: la montée de David Alaba, et l’entrée de Michael Gregoritsch, buteur décisif, dimanche à Bucarest.

Goran Pandev a donné espoir aux Macédoniens de réussir leur entrée dans une grande compétition, en égalisant (28) après la superbe ouverture du score de Stefan Lainer (18), mais les Autrichiens ont eu le dernier mot.

Ils le doivent à Alaba, passeur décisif, et au buteur d’Augsbourg, Gregoritsch, entré en jeu pour un vaste changement tactique, qui a surgi devant Stole Dimitrievski sur le centre de son capitaine (78).

Le défenseur star de l’Autriche, passé cet été du Bayern Munich au Real Madrid, était revenu depuis une vingtaine de minutes à son poste plus courant en sélection de milieu gauche.

Franco Foda, le sélectionneur allemand de l’Autriche, a aussi changé à ce moment-là ses deux attaquants, Gregoritsch et Marko Arnautovic relayant Christoph Baumgartner et Sasa Kalajdzic (58).

Le très polyvalent Alaba avait joué près d’une heure un rôle inhabituel de troisième central dans la défense. Peut-être pour surveiller Pandev, mais alors ce fut inefficace.

Pandev buteur

Alaba est même impliqué sur le but de Pandev, qui a profité d’un double cadeau de la défense autrichienne: un rebond malheureux sur Marcel Sabitzer, puis une sortie ratée de Daniel Bachmann, pas bien coordonné avec son capitaine.

Pandev a surgi pour faire exploser de joie la partie sang et or de la National Arena, de loin la plus bruyante.

Il est devenu le deuxième plus vieux buteur de l’euro, à 37 ans et 321 jours, derrière... un Autrichien, Ivica Vastic, buteur à 38 ans et 257 jours, sur penalty, en 2008 (Autriche-Pologne, 1-1). Mais son génie n’a pas suffi.

Après deux nuls et quatre défaites, entre 2008 et 2016, et deux buts marqués en tout, l’Autriche a enfin rompu sa disette dans la compétition, marquant plus de buts en un match qu’en 60 ans de tournoi.

Les coéquipiers d’Alaba ont pris l’ascendant en seconde période. Arnautovic a marqué le troisième (89), en faisant honneur à sa réputation de mauvais caractère, puisqu’il a râlé même après son but!

Gregoritsch aurait pu marquer plus tôt d’une tête décroisée sans un sauvetage main tendue de Stole Dimitrievski (64).

Restaient aux Macédoniens les contres, mais Pandev a repris au-dessus (63) et Elmas a été contré (74).

Les Risovi (Lynx), sont quand même sortis sous les applaudissements de leurs supporters, qui avaient, comme tout le stade, acclamé avant match le nom du Danois Christian Eriksen à l’écran, victime la veille d’un malaise en plein match.

Le direct commenté

 
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous