Accueil Société

Comment les Régions ont dompté le coronavirus

De nombreux dossiers chauds étaient dans les mains des Régions durant cette crise. Comment ont-elles exercé leur pouvoir ? Et avec quel(s) résultat(s) ? « Le Soir » a mené l’analyse sur six thématiques.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Enquêtes Temps de lecture: 2 min

Les gouvernements régionaux n’ont pas eu le temps de s’ennuyer, depuis le début de la crise sanitaire. Plusieurs (gros) dossiers tombaient en effet dans leur champ de compétences : tracing, gestion des maisons de repos, organisation de la vaccination, aides économiques… Même si la majorité des décisions a été prise de manière concertée, à l’échelle nationale, les entités régionales ont dans certains cas assumé leur pouvoir décisionnel. En calibrant les aides à l’horeca de manière distincte par exemple, en optant pour des systèmes de convocation à la vaccination différents, ou en fixant des horaires de couvre-feu décalés.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Smyers Jean-pierre, lundi 14 juin 2021, 12:00

    Une fois encore, il faut souligner le travail d'analyse remarquable de M. Xavier Counasse. Cet éminent journaliste a bien mérité le Prix Belfius de la Presse qui lui a été décerné il y a dix jours pour ses dossiers liés au Covid en 2020. Bravo, et merci!

  • Posté par Albin S. Carré, lundi 14 juin 2021, 9:52

    Et par dessus tout, la démocratie s'est encore effritée davantage.

  • Posté par Heneffe Jean-marie , lundi 14 juin 2021, 9:44

    On pique à tour de bras. On ne remerciera jamais assez tous ces gens qui œuvrent dans l’ombre, parfois même la nuit comme à Soignies ces derniers jours. C’est pas loin de 950.000 doses qui ont été administrées en semaine 23. L’effort est immense et on peut s’en réjouir, en effet. Là où le tableau est moins réjouissant, c’est sur les secondes doses. En dépit des recommandations de l’OMS et des risques accrus avec le variant Delta, malgré les stocks qui existent, la situation n’a pas évolué sur le « front » des délais de 12 semaines restés inchangés pour de nombreuses personnes qui ont reçu de l’AstraZeneca. On en arrive à avoir des gens nettement plus jeunes déjà vaccinés complètement et des personnes plus à risque qui ne le seront seulement qu’au milieu de l’été. Il n’y a encore que 57 % des 65-74 ans à avoir reçu deux doses en Wallonie. Cette tranche d’âge est pourtant la même qui aura beaucoup à faire avec la garde des petits-enfants avec l’arrivée des congés scolaires. Début juin, l’épidémiologiste Pierre Van Damme, membre de la task force vaccination, évoquait pourtant l’importance de la seconde dose chez les personnes ayant des comorbidités ou plus âgées qui ont reçu leur première dose AstraZeneca avant le passage du délai de 12 à 8 semaines. Depuis lors : silence radio. Quelques problèmes pratiques et logistiques, d’accord, mais il n’y a surtout pas de volonté politique sur ce point en Wallonie.

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs