Accueil Belgique

En Belgique, une valse entre abolition et légalisation

Chez nous, les politiques ont bien du mal à trancher.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Bruxelles Temps de lecture: 6 min

Comme souvent en Belgique, les politiques n’arrivent pas à trancher. Ils oscillent entre le courant abolitionniste et celui prônant la légalisation de la prostitution. Aujourd’hui, l’activité n’est pas une infraction en tant que telle, mais le Code pénal punit ceux qui contribuent à la débauche et à la prostitution. Un compromis à la belge en quelque sorte. En Flandre, depuis 2005, la prostitution à Anvers a été limitée à la zone du « Schipperskwartier » et à la Villa Tinto. La prostitution de rue est donc invisible. Les 300 prostituées sont concentrées dans trois rues mises en piétonnier. La Villa Tinto regroupe plusieurs carrées qui sont louées directement par les filles. Une antenne médicale et la police sont même installées au cœur de l’établissement. Aux étages, des logements y ont été aménagés et tout le monde semble cohabiter sans trop de problème.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Belgique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs