Accueil Sports Football Diables rouges

La chronique d’Emiliano Bonfigli: «Les ambassadeurs»

Voici la chronique hebdomadaire d’Emiliano Bonfigli, le commentateur de RTL Sport.

Temps de lecture: 2 min

C’est l’une des images fortes de ce premier week-end de l’Euro. La célébration du but de Romelu Lukaku dédiée à Christian Eriksen, son équipier de l’Inter. Elle en dit beaucoup sur les qualités humaines de notre attaquant. Dans deux jours, la Belgique disputera son deuxième match de groupe au Danemark dans un contexte émotionnel très particulier. De Lukaku à Meunier, en passant par Boyata, les Diables qui se sont exprimés ces dernières heures sur Eriksen, l’ont fait avec tact, respect et pudeur. Nous pouvons êtres fiers de ces garçons. Ce n’est souvent que du sport, mais parfois, quand cela dépasse ce cadre, comme samedi, les Diables prennent de la hauteur. A ce titre, ils sont de formidables ambassadeurs de notre pays.

Il y a quelques jours, Roberto Martinez évoquait aussi l’esprit de famille de ce groupe de joueurs. Difficile de lui donner tort. Cela fait déjà deux semaines que les Diables vivent ensemble à Tubize. De l’extérieur, depuis notre zone Média installée au camp de base, on ressent vraiment cet esprit de groupe et ce lien tissé entre les Diables. Cela s’entend aussi, au détour de quelques déclarations. A la fin du match contre la Russie par exemple, Thomas Meunier a eu ces quelques mots pour le malheureux Castagne : « Timothy méritait vraiment de jouer cet Euro ». Classe. Bien sûr, les Diables sont des compétiteurs et à ce titre, ils veulent jouer. Mais ils n’en n’oublient pas pour autant l’esprit d’équipe. Cela n’a pas toujours été le cas lors des grandes compétitions disputées par notre équipe nationale. En 86, lors de l’épopée mexicaine, René Vandereycken avait critiqué Enzo Scifo. En 94, Josip Weber n’avait pas vraiment été accepté par les autres attaquants. A la Coupe du Monde 2002, l’équipe avait boycotté la presse belge… A chaque compétition, ses épisodes plus ou moins houleux. Cette fois, rien de tout cela. Chez les Diables, le bonheur est dans le pré. Sans faux-semblant. Comme une vraie bande de potes, finalement.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Diables rouges

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

SoSoir Voir les articles de SoSoir VacancesWeb Voir les articles de VacancesWeb