Accueil Léna

Robert D. Kaplan: «Poutine veut ouvrir le dialogue avec Biden pour se dégager de l’emprise chinoise»

« Le sommet de Genève n’aplanira pas toutes les divergences entre Washington et Moscou, mais marquera le début de consultations régulières », veut croire le politologue américain.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

C’est en restaurant des valeurs communes et des alliances que Joe Biden – qui n’en oublie pas pour autant ses intérêts nationaux – est en train de définir l’avenir de sa politique étrangère en Europe », estime le politologue Robert D. Kaplan. « Et sa rencontre avec Vladimir Poutine à Genève constitue la dernière étape d’un parcours bien ficelé. L’objectif du président des Etats-Unis : établir un pacte de non-belligérance avec les Russes, après avoir renforcé les alliances avec les Européens afin d’isoler davantage la Chine en réduisant sa compétitivité. Par ailleurs, Vladimir Poutine a lui aussi bien l’intention d’envoyer un message à Xi Jinping lors de cette rencontre : “N’empiétez pas trop sur nos intérêts économiques et politiques, car nous avons d’autres options”. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Patrick Yamedjeu, mardi 15 juin 2021, 12:30

    Analyse foireuse comme la conclusion. Selon vous, entre les USA et la Chine, lequel des 2 est plus crédibles en termes de respect des traités signés et des engagements pris?

  • Posté par MAESEN Jean-Luc, mercredi 16 juin 2021, 21:03

    Vous vous posez vraiment la question ? C'est grave...

Aussi en LéNA

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs