Inscriptions en secondaire: à la rentrée, il pourrait ne pas y avoir assez de places pour tous les élèves à Bruxelles

Inscriptions en secondaire: à la rentrée, il pourrait ne pas y avoir assez de places pour tous les élèves à Bruxelles
Photo News

La rentrée de septembre en première année de l’enseignement secondaire s’annonce particulièrement tendue cette année à Bruxelles. Le risque existe en effet que certains élèves ne trouvent tout bonnement pas de place dans une école de la capitale.

Selon des chiffres fournis mardi par la ministre de l’Education Caroline Désir (PS) en commission du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, 913 élèves sont à ce jour toujours dans l’attente d’une place dans la capitale, alors qu’il n’y subsiste plus que… 785 places libres à peine.

Face à cette situation, la ministre a annoncé qu’elle avait déjà pris depuis plusieurs semaines contact avec les écoles de la capitale pour qu’elles créent d’urgence des places supplémentaires.

Il y a quinze jours, la Ville de Bruxelles – qui gère plusieurs écoles communales sur son territoire – avait déjà annoncé la création de 200 places supplémentaires dans deux de ses établissements.

Pour encourager d’autres écoles à suivre cette voie, la ministre Désir a annoncé que le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles allait dégager des moyens financiers pour permettre à ces écoles d’augmenter leur personnel d’encadrement.

Dans le Brabant wallon, 84 élèves sont à ce jour toujours dans l’attente d’une place pour la rentrée de septembre.

Mais à l’inverse de la capitale, le nombre de places encore disponibles dans la jeune province est bien supérieur à la demande puisqu’elles sont au nombre de 362, selon les chiffres livrés par Mme Désir. Celle-ci répondait à une question en commission du député André Antoine (CDH).

Face au boom démographique à l’œuvre depuis le début des années 2000, la Fédération Wallonie-Bruxelles a prévu des moyens financiers pour permettre l’ouverture d’écoles ou l’extension d’établissements existants sur tout son territoire.

Mais, selon le ministre des Bâtiments scolaires Frédéric Daerden (PS), ces travaux ont très souvent enregistré des retards importants.

Dans le seul réseau libre subventionné (confessionnel et non confessionnel), 83 % des projets n’ont pu respecter les délais annoncés.

Sur les près de 21.500 nouvelles places programmées depuis 2005 en FWB, seules 4.917 ont ainsi réellement été créées.

Pour la rentrée de septembre prochain (sans doute en raison de la crise sanitaire), aucune des places initialement programmées dans toute la FWB ne verra le jour, à l’exception de 25 places à Koekelberg…

Ces difficultés d’accueil dans les écoles de la capitale posent un réel défi logistique mais aussi juridique, le droit à l’enseignement étant consacré par la Constitution.

Face à cette urgence, le gouvernement de la Fédération réfléchit notamment à la location d’espaces de bureaux dans la capitale pour y installer des classes, selon M. Daerden.

Des discussions sont aussi en cours avec l’ULB pour profiter d’un de ses bâtiments pouvant accueillir 60 élèves.

Selon le ministre, les différentes mesures d’urgence envisagées pourraient permettre la création de 150 à 192 places supplémentaires dans la capitale d’ici septembre prochain.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous