Première coulée de béton circulaire

Opération marketing sur le chantier ZIN: le nouveau béton «cradle to cradle» est coulé en direct et en grande pompe, avec Jean-Philippe Vroninks, le nouveau CEO de Befimmo, en première ligne.
Opération marketing sur le chantier ZIN: le nouveau béton «cradle to cradle» est coulé en direct et en grande pompe, avec Jean-Philippe Vroninks, le nouveau CEO de Befimmo, en première ligne.

En misant sur la circularité, Befimmo entend jouer avec son projet intitulé « ZIN » un rôle de pionnier. « Le secteur est responsable de 40 % des émissions de CO2, nous avons une vraie responsabilité. ZIN est un projet unique et innovant. Il met la durabilité au centre des préoccupations », explique Jean- Philippe Vroninks, nouveau CEO de Befimmo. « Nous sommes fiers d’avoir utilisé pour la première fois dans le Benelux ce processus “cradle to cradle” certifié. Il est reconnu de manière internationale. »

En 2017, le gouvernement flamand a lancé un appel public pour la mise à disposition d’un immeuble de bureaux dans le quartier nord. La barre avait été fixée très haut en matière de durabilité. Befimmo y a répondu et a remporté le marché. Avec ses partenaires du consortium « Open Minds » constitué de CFE, BPC, Van Laere, VMA et les sociétés De Meuter, ABR et CCB, elle a décidé de relever le défi.

Conserver, réutiliser, recycler

30.000 tonnes de gravats ont été récoltées, triées, broyées et transformées en 3.500 tonnes d’agrégats de qualité qui ont été à leur tour intégrés dans du nouveau béton. C’est ainsi que 30.000 tonnes de nouveau béton certifié C2C ont pu être produites. Le béton représente le poids le plus important de l’ensemble des matériaux utilisés.

Outre la réutilisation du béton, 95 % des matériaux des anciennes tours du WTC seront conservés, réutilisés ou recyclés. Quelque 65 % des tours existantes sont préservés au niveau des étages souterrains, de même que les fondations et les noyaux de circulation. « Le secteur de la construction est très conservateur. Cela n’a pas été facile de le convaincre », commente Philippe Frenay de chez CCB. « C’est grâce aux donneurs d’ordre, à savoir le gouvernement flamand et Befimmo, que les choses ont pu bouger. La certification C2C est une certification assez exigeante. Nous avons dû démontrer que notre produit et notre process sont verts, mais aussi qu’ils n’avaient pas d’impact sur la santé. Nous avons dû présenter les composants de notre béton, le système de fabrication qui inclut les sources d’énergie (57 % de l’énergie de la centrale de Bruxelles sont produits via nos panneaux solaires). Nous sommes à zéro rejet d’eau. De l’ordre de 60 % des matériaux sont approvisionnés par la voie d’eau et tous nos camions sont équipés de moteur euro 6. Nous avons obtenu la certification mais c’est un processus continu. »

Ce procédé est aussi relativement contraignant et entraîne des coûts élevés mais cela fait partie de la démarche de l’entreprise. « Nous avons fait clairement un pari sur l’avenir en espérant que les investissements que nous engageons aujourd’hui vont contribuer aussi à la réalisation d’autres projets. »

Un point de vue partagé par Jean-Philip Vroninks. « Le Green Deal impose de nouvelles normes. Tout le secteur immobilier va devoir évoluer vers un recyclage plus intensif que dans le passé. »

Werner Joris n’est pas peu fier de ce projet emblématique mixte de Befimmo qui représente environ 110.000 m2 hors sol et 50.000 m2 en sous-sol. Quelque 75.000 m2 de bureaux seront occupés par le gouvernement flamand à partir de fin 2023 pendant dix-huit ans, un espace de coworking sera réalisé ainsi qu’un hôtel de 200 chambres, deux restaurants…

Le projet proposera aussi 110 appartements, des commerces, des salles de sport, une serre et un jardin accessible au public. « Par sa taille, sa situation stratégique et ses ambitions, ZIN est le catalyseur d’une nouvelle dynamique dans le quartier nord », explique l’homme-orchestre du chantier.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Avec les musiciens de l’ORW, Jonathan Brandani fait ses débuts en Belgique.

    Jonathan Brandani, un talent qui se déploie en Belgique grâce à Momentum

  2. Personne n’a intérêt à un vrai cessez-le-feu. Sauf la population, qui n’en peut plus.

    Après sept ans de guerre, le Yémen menacé d’implosion

  3. Le Standard a partagé l’enjeu lors de son match inaugural contre Genk.

La chronique
  • Spa, Nina Derwael et Bob Morane: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Spa

    Ce n’est pas une plaisanterie de mauvais goût quelques jours après les inondations qui ont notamment frappé la petite ville : l’Unesco a classé Spa au patrimoine de l’humanité au titre de « Grande ville d’eau d’Europe ». On dit bravo. L’eau dont il est question ici tombe du ciel, forcément. Mais elle nous revient calmement à travers les sources locales, avec un goût de fer et de rouille presque savoureux. Santé !

    Les délateurs

    A quoi nos compatriotes ont-ils consacré leur temps libre durant les longues périodes de confinement ? Il n’y a pas de quoi se réjouir, mais les champions de la délation ont trouvé de quoi s’occuper pendant l’année covid : ils ont en effet été 2.995 à renseigner le fisc en 2020 contre 1.958 l’année précédente, a-t-on appris...

    Lire la suite

  • Pour un «reset» du logiciel démocratique au Congo

    A chaque fois, on entend des déclarations fracassantes, voire des bruits de bottes. Même de bonnes idées, comme celle de confier aux confessions religieuses le soin de désigner la commission électorale indépendante, menacent de déraper. On en vient à se dire que la démocratie est un exercice qui coûte cher, mobilise toute l’attention et conduit à chaque fois le pays au bord du gouffre… Mais on sait aussi qu’à part la dictature, dont on a vu les résultats, il n’y a pas d’autre choix et que l’alternance, aussi risquée soit-elle, doit...

    Lire la suite