Accueil Économie Mobilité

Bolt, l’opérateur «bon marché» de la trottinette partagée, arrive à Bruxelles

Les terrasses ont retrouvé leurs clients et, visiblement, les trottinettes partagées également. Avec l’arrivée de Bolt ce jeudi, on compte six opérateurs et environ 7.500 engins déployés dans les rues de Bruxelles. Un défi législatif pour la Région.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 3 min

Toutes neuves, toutes vertes : ce jeudi, ce sont 1.100 trottinettes électriques et partagées supplémentaires qui rejoignent les rues et les trottoirs de la capitale. Fabriquées en Chine toujours, mais d’après un modèle propriétaire et dans une usine propre à l’entreprise estonienne Bolt. Un concurrent direct de l’américaine Uber, actif depuis son lancement en 2013 dans le transport rémunéré de personnes sur quatre roues (« VTC » pour voiture avec chauffeur), de son ancien petit nom Taxify.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Dupont Vincienne, lundi 21 juin 2021, 18:00

    Tant que leurs conducteurs seront des malappris méprisant le code de la route, le modèle importe peu. Le mieux serait de faire comme certaines villes intelligentes l'ont déjà fait : l'interdiction pure et simple. Ces engins ne sont que des gadgets dangeureux, et la publicité "écolo" autour est mensongère.

  • Posté par Albin S. Carré, vendredi 18 juin 2021, 0:24

    Toujours davantage de déchets dans l'environnement pour le plus grand plaisir de la Van den Brandt, calamité bruxelloise sinistrement connue. Qu'ils s'entretuent jusqu'à disparition!

  • Posté par Werpin Jean Luc, jeudi 17 juin 2021, 10:48

    Les trottinettes électriques sont des gadgets tout d’abord inutiles et ensuite dangereux tant pour leurs conducteurs que pour les piétons qu’ils agressent quotidiennement en squattant les trottoirs de la cité. Il faudrait davantage parler de mobilité agressive que de mobilité douce. Mes remarques sont aussi valables pour les vélos et leurs usagers les « véloristes ». Mais bon, nous vivons une période d’effacement de la norme un peu comme dans une république bananière. Heureusement je n’aurai pas à subir trop longtemps ces comportements étant bien plus proche de la fin d’hiver que du début du printemps. Pour les autres, bienvenue dans l’ère du nihilisme et belle journée.

  • Posté par Village Partenaire , jeudi 17 juin 2021, 8:19

    Une catastrophe environnementale. Il ne s'agit en rien d'un accélérateur vers la mobilité douce, mais plutôt d'un recul. En effet la majorité des utilisateurs sont des ancien-ne-s piétons. Et Il est certainement temps de fixer un cadre qui permet d'augmenter la responsabilisation des opérateurs en termes de gestion pendant l'utilisation et en fin de vie, de sécurité aussi.

Aussi en Mobilité

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs