Planète

Bruxelles: plus de 5.500 volontaires pour Curieuzenair

Les organisateurs de Curieuzenair ont reçu quelque 5.778 inscriptions.
Les organisateurs de Curieuzenair ont reçu quelque 5.778 inscriptions. - Katrijn van Giel.

Joli succès pour Curieuzenair, vaste opération citoyenne de mesure de la qualité de l’air. Les organisateurs ont reçu quelque 5.778 inscriptions – 102 émanant d’écoles, 327 d’entreprises et associations, 5.149 de citoyens. Il leur a donc fallu faire des choix, puisque seuls 3.000 kits de mesure sont disponibles. Une sélection opérée par algorithme, afin d’obtenir une cartographie la plus détaillée possible. Parmi les critères pris en compte : la répartition géographique à travers la ville, le type de rues et l’intensité du trafic, le fait que l’artère soit fermée ou ouverte. Afin d’avoir une mesure standardisée, priorité a été donnée aux points de mesure avec une fenêtre côté rue au premier étage.

5.778 se sont inscrits à l’opération Curieuzenair, dont 102 écoles, 327 d’entreprises et associations et 5.149 de citoyens.
5.778 se sont inscrits à l’opération Curieuzenair, dont 102 écoles, 327 d’entreprises et associations et 5.149 de citoyens. - Curieuzenair.

Quelques lieux emblématiques, sur la liste finale, comme le Seize, rue de la Loi, sur proposition d’Alexander De Croo. Ou le terrain d’entraînement du RSC Anderlecht, à Neerpede, « qui comble un angle mort », se réjouissent les organisateurs. Des points de mesure ont également été trouvés dans les zones de bureaux des quartiers européen et Congrès, grâce à certaines entreprises. Enfin, sur initiative du Bral, deux cents personnes ont été recrutées via les maisons médicales et de quartier, afin d’assurer une représentativité optimale.

L’enthousiasme bruxellois réjouit le professeur Filip Meysman, coordinateur du projet. « Le sujet vit chez les Bruxellois(es). En particulier, les familles et les écoles veulent connaître la qualité de l’air dans leur rue. Idem pour de nombreuses entreprises, à l’égard de leurs employés. Les nombreux points de mesure constituent un atout scientifique majeur, cela nous donnera une image très détaillée de la qualité de l’air dans toute la Région. »

Résultats en février

Concrètement, les 3.000 personnes sélectionnées ont reçu, cet après-midi, un mail, les invitant à confirmer leur disponibilité – une liste d’attente a été établie pour les éventuels désistements. « Pour que l’étude reste accessible à tous, le principe du prix libre est appliqué, rappelent les organisateurs. Les participants sélectionnés versent une contribution en fonction de leurs moyens, avec un minimum de 5 euros et un montant suggéré de 15 euros, le prix réel d’une mesure étant de 150 euros. »

Dès le 25 septembre, les 3.000 participants installeront le panneau de mesure à leur fenêtre, pour un mois. Le dispositif permet de mesurer la quantité de NO2 de l’air extérieur. Les résultats globaux seront connus en février 2022, et publiés sur le site du Soir, de Bruzz et du Standaard, partenaires de l’opération. Chaque participant recevra en outre ses résultats personnels.

 
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous