Accueil Opinions Cartes blanches

Carte blanche: faut-il conduire nos dirigeants au gibet pour avoir tué le soin?

Dans la gestion de la pandémie de covid, les chaînes de responsabilités, qui guident et enferment le soin, ont montré leurs limites. Une alternative est possible.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

Lorsque l’on étudie un peu le système de santé en Belgique, l’un des thèmes les plus intrigants demeure peut-être les chaînes de responsabilités qui guident et enferment le soin. Elles mettent en évidence la façon dont chaque personne, individuellement ou collectivement, est appelée à répondre du soin, à s’en porter garante. La responsabilité signifie une charge pour les personnes qu’elle touche. Plus ou moins grande, elle se prévaut souvent d’être accompagnée d’un pouvoir équivalent. Ainsi, en salle de soins, un médecin-chef est responsable de ses patients et de ses équipes infirmières. À ce titre, il dispose également d’un certain pouvoir de décision.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Monsieur Alain, samedi 19 juin 2021, 16:28

    Clair - net - précis. Ajoutons que nos dirigeants politiques n'ont pas été spécialement plus mauvais pendant la pandémie qu'à leur ordinaire - simplement, cette fois, c'était + visible, + immédiat et + douloureux qu'à l'ordinaire. Leurs performances pendant cette pandémie donne une idée un peu plus précise de leurs capacités et de leurs performances au quotidien dans la gestion de la cité.

Aussi en Cartes blanches

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs