Accueil Culture

Kings Of Convenience Peace or love

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 1 min

A quelques petits détails près, c’est comme si ces douze ans, ou ces vingt ans en remontant à leurs débuts, n’avaient pas changé grand-chose, pas eu beaucoup de prise sur leur art, leurs boucles de guitares acoustiques et leurs mélodies dépouillées. Tout au plus note-t-on des programmations de batterie pour accompagner « Fever » et, ici ou là, une petite touche plus bossa que folk. Outre, bien sûr, les deux titres imaginés avec Leslie Feist, « Catholic country » et « Love is a lonely thing ». Ce qui n’est plus pareil, c’est évidemment le contenu de ces chansons. Là où, à l’époque, les deux garçons se posaient des questions sur leur place dans l’existence, ils ont aujourd’hui acquis suffisamment d’expérience (Erik est en outre devenu papa) pour puiser à d’autres sources d’inspiration. Une belle respiration.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Culture

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs