Accueil Société

Port du voile: la voix des femmes, au delà des débats

Pourquoi les femmes musulmanes font-elles le choix de se couvrir ? Sont-elles contraintes à le porter, comme on entend dire ? Et les autres, celles qui ne le portent plus ou ne l’ont jamais porté, quel est leur rapport avec le voile ? Pourquoi l’avoir enlevé ?

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Forum Temps de lecture: 13 min

Ce jeudi, le gouvernement bruxellois a tranché : pas de signes convictionnels à la Stib pour les fonctions d’autorité ou en contact avec les usagers. Depuis la décision du tribunal de travail condamnant l’entreprise de transport pour double discrimination, les questions autour du port du signe convictionnel, et plus singulièrement celle du port du voile, ont agité la société belge. Des experts ont publié des cartes blanches, les chefs de parti se sont livrés dans de longues interviews, les réseaux sociaux se sont enflammés. Mais curieusement, on a peu entendu la voix des principales intéressées.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

21 Commentaires

  • Posté par Bresart Jeanpol , dimanche 20 juin 2021, 9:36

    Si il n'y avait que le voile, ça ne poserait pas de problème. Mais il y a: les piscines séparées, les cantines scolaires halal, la polygamie de fait, Darwin interdit des écoles, les hôpitaux, les mosquées, les médersas, la sur-natalité, le regroupement familial, la stratégie d'entrisme dans le parti écolo-ps... ça fait beaucoup. Y ajouter la concentration sociologique dans certaines communes.

  • Posté par J.-M. Tameyre, dimanche 20 juin 2021, 7:33

    Cet article n'est pas une étude sociologique mais la compilation d'expériences personnelles. Il comporte de nombreux biais : les femmes interrogées semblent provenir de milieux socio-culturels évolués (aucune trace de femmes analphabètes, par exemple), aucun avis d'homme (père ou frère de) et impasse totale sur la situation particulière et emblématique de Lale Gül en Hollande. Au moins ces débats m'ont permis de comprendre que tous les partis de gauche (PS, Ecolo et Defi), alors qu'ils étaient bien tous d'accord pour aller en appel, ont vendu la laïcité du pays par calcul électoral. Rien n'a fuité des marchandages infects qui ont abouti ensuite aux déclarations lénifiantes et irresponsables. C'est vraiment scandaleux pour tous les électeurs de ce pays.

  • Posté par Vynckier Albert, dimanche 20 juin 2021, 5:59

    comme la femme voilée cache ses cheveux et non son crâne rasé, le voile ne dissimule en fait ni une fierté capillaire ni une honte. C'est qu'elle montre une appartenance. Le voile est un signe (signifie) une appartenance communautaire. La complaisance des partis politiques au pouvoir, la pression démographique et le prosélytisme religieux peuvent inverser le sens de l'exclusion. Au départ, se sentant exclues par le voile, le voile peut produire le même sentiment chez les non-voilées.

  • Posté par Vynckier Albert, dimanche 20 juin 2021, 5:41

    les femmes voilées peuvent aussi décider de se raser la tête, comme cela le voile ne sera plus nécessaire.

  • Posté par CREPIN Hugues, samedi 19 juin 2021, 23:32

    Bien, on commence enfin à parler de pratique. Le voile n'est pas le problème mais les pressions communautaires, si. L'homme musulman est la source du problème, pas l'homme blanc qui peut parfois être aussi con mais c'est secondaire en regard de la situation. La première chose est de s'assurer qu'il est porté librement et que cesse le harcèlement communautaire, à partir de là, on peut plus facilement parler du reste.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs