Accueil Belgique

Sondage: interdire le redoublement avant 15 ans, une bonne idée?

La grande réforme de l’enseignement est (quasi) au net. Doubler deviendrait exceptionnel. La journée serait rallongée. Les congés aussi.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

Au travail depuis plus d’un an, les artisans du Pacte d’excellence pour l’école (pouvoirs organisateurs, syndicats, parents…) touchent au but. Le Groupe central a synthétisé les propositions de réformes émises par les groupes de travail priés de repenser l’école. Son texte est quasi au net. Il sera remis sous peu au gouvernement de la Communauté française. A lui de faire le tri et traduire en décrets les réformes proposées.

Le Soir a pu lire la synthèse du groupe central.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

19 Commentaires

  • Posté par Thierry De Cuyper, lundi 2 mai 2016, 10:19

    Comment expliquer que les petits finlandais, qui ne craignent pas le redoublement, soient si haut classés dans les enquêtes PISA, alors qu'ils devraient, pour vous, Eric Jacques, être si fainéants !!!! Ne comprenez-vous pas qu'ils ont du plaisir à apprendre ? Bizarre ! On aurait réussi à vous faire croire que ce serait impossible !! Dramatique, vraiment!!

  • Posté par Thierry De Cuyper, jeudi 28 avril 2016, 17:01

    La douleur que l’on ressent lorsqu’on est en échec est telle, qu’elle fait perdre totalement confiance en soi. Pour Martine Alcorta, « il existerait un seuil au-delà duquel, la dévalorisation liée à l’échec scolaire deviendrait intolérable à la survie psychique des élèves ».

  • Posté par Eric Jacques, jeudi 28 avril 2016, 14:36

    Interdire le redoublement ? Alors pourquoi ne pas donner les diplômes sans obliger les enfants à aller aux cours (ils auront quand même réussit)

  • Posté par Thierry De Cuyper, jeudi 28 avril 2016, 16:10

    Pouvez-vous imaginer qu'ils aillent à l'école pour apprendre et y trouvent du plaisir, n'y étant pas découragé par les échecs ?

  • Posté par Thierry De Cuyper, jeudi 28 avril 2016, 15:59

    Non, ils avanceront à leur rythme sous la supervision bienveillante d'enseignants qui les aideront s'ils sont en difficulté. Ils ne seront pas punis parce qu'ils ne comprendront pas ou auront besoin d'un soutien spécifique. Vous doutez que ce soit possible. Allez en Finlande, vous verrez que c'est possible.

Plus de commentaires

Aussi en Belgique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs