Bart De Wever après l’effondrement d’un immeuble à Anvers: «Je n’ose pas imaginer si ça avait été des enfants»

ANTWERP BUILDING COLLAPSE AFTERMATH

Hier soir, le corps d’une cinquième victime a été sorti des gravats après l’effondrement d’un bâtiment scolaire en travaux vendredi à Anvers, ont indiqué les services de secours locaux en début de soirée samedi. Tous les disparus ont désormais été retrouvés. Le bilan de l’effondrement se monte à cinq personnes décédées et neuf blessées, celles-ci sont toutes dans un état stable.

Le bourgmestre d’Anvers, Bart De Wever (N-VA), s’est dit très touché par ce qu’il s’est passé. « Normalement, c’est la salle de sport d’une école, elle est remplie d’enfants. Je n’ose pas imaginer si cela avait été le cas ». Le bourgmestre a réagi au micro de la RTBF  : « C’est une catastrophe inimaginable. Le bâtiment était presque prêt, les responsables de la Ville l’avaient visité trois heures avant la catastrophe pour voir comment l’école pourrait être ouverte en septembre. Apparemment l’étage supérieur s’est effondré, ne laissant aucune chance aux ouvriers présents. Dans ma vie je n’ai jamais vu que cela se passe dans un bâtiment qui est presque prêt.

La gouverneure Cathy Berx a, elle, rappelé que « les personnes qui ont perdu la vie étaient elles-mêmes encore jeunes et travaillaient à bâtir l’avenir de nos enfants ». Tous ont souligné le professionnalisme des services de secours, dont la rapidité a permis de sauver des vies.

Le roi Philippe ainsi que le Premier ministre, Alexander De Croo et la ministre de l’Intérieur, Annelies Verlinden (CD&V) se sont également rendus sur les lieux de l’effondrement samedi.

Faire la lumière sur les événements

Par ailleurs, Democo, l’entrepreneur général en charge des travaux à Anvers a promis samedi de tout faire pour savoir ce qu’il s’était passé. Les cinq personnes décédées étaient employées par des sous-traitants de Democo, a confirmé l’entreprise. « Nous adressons nos plus sincères condoléances aux familles et proches des victimes. Tous les collaborateurs sont abattus. Les pensées de tous les membres de Democo vont vers eux. Un soutien psychologique a été mis en place pour les collègues qui travaillaient sur le chantier », a précisé le directeur Frederik Bijnens.

L’entreprise promet d’apporter tout son soutien à l’enquête pour faire la lumière sur les faits. « Maintenant que les services de secours ont fait tout ce qu’ils pouvaient, une enquête minutieuse va s’ouvrir pour identifier la cause de l’accident. Democo apporte son plein soutien aux experts qui seront désignés. Une analyse interne va également avoir lieu et le chantier est temporairement à l’arrêt ».

 
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous