Accueil Culture Musiques

Menuhin, centenaire et pionnier

100 ans après sa naissance, le « violon du siècle » demeure par la pertinence et la modernité de ses engagements humanistes.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 2 min

Il y a cent ans, jour pour jour, naissait à New York celui que de nombreux mélomanes avaient baptisé « le violon du siècle ». La RTBF lui rend hommage ce soir (22h05), avec la rediffusion d’un entretien qu’il accorda, en 1997, à Edmond Blattchen et son émission « Noms de Dieux ».

L’occasion de se rappeler que Menuhin, dont le parcours légendaire croisa la route de George Enesco, Eugène Ysaÿe, Béla Bartok, Glenn Gould, Myriam Makeba, Stéphane Grappelli ou Ravi Shankar, était aussi un grand humaniste, à qui on aurait très bien pu remettre le Prix Nobel de la paix.

En (ré)écoutant Menuhin, on découvre combien ses propos étaient frappés d’une grande modernité. A sa façon, Menuhin avait anticipé la crise des migrants, lui qui mettait en garde les comptables de l’Europe sur le danger à construire un édifice qui, en faisant abstraction de la culture, oublierait tout simplement son âme.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Musiques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs