Accueil Opinions Éditos

La recette d’une élection: donner envie de voter, tout court

Les candidats qui ont agi, dans leur région, au service notamment des citoyens lors de la crise sanitaire, ont été salués par un électorat.

Article réservé aux abonnés
Editorialiste en chef Temps de lecture: 3 min

Dimanche soir, sur les plateaux télé français, c’était le gros chagrin démocratique. Le taux d’abstention abyssal donnait du grain à moudre à ceux qui proclamaient soudain une démocratie en berne car boudée, et concluaient à des citoyens qui n’en avaient plus rien à faire de la politique, et de ceux et celles qui la font.

Vite dit ? Attention en tout cas à sauter trop vite sur les conclusions faciles. Le scrutin français présente ainsi quelques éléments intéressants pour nourrir notre propre terrain de jeu politique, protégé de façon trop facile, et donc fragile, par l’obligation de vote.

Ce dimanche en effet, en France, ce n’est pas toute la politique qui a été boudée. Primo, ceux qui ont agi, dans leur région, au service notamment des citoyens lors de la crise sanitaire, ont été salués par un électorat qui s’est, lui, déplacé à gauche et à droite pour leur décerner un satisfecit et montrer leur souhait qu’ils soient maintenus à leur poste.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

10 Commentaires

  • Posté par Albin S. Carré, mardi 22 juin 2021, 18:46

    Lors des prochaines élections en Belgique, obligation de vote ou pas, l'abstention sera reine. Voter pour une carrière et des ambitions personnelles de médiocres personnes ne fait pas rêver et voter pour un projet clair ou différent est impossible puisqu'en tout état de cause, il n'y a pas d'alternative... Le capitalisme a tué la démocratie, le but est atteint. Refuser de voter est un acte politique parce-qu'il réduit la légitimité des élus par défaut. La seule issue est la révolution en bonne et due forme!

  • Posté par collin liliane, mardi 22 juin 2021, 13:48

    Rien de plus niais que l'abstentionnisme. Ne pas voter, c'est aussi voter... par procuration, puisque c'est permettre à ceux qui se sont déplacé de décider à notre place. Si on veut vraiment témoigner d'une opposition, la seule solution est de voter autrement afin de ne pas remettre toujours les mêmes au pouvoir..

  • Posté par Albin S. Carré, mardi 22 juin 2021, 18:36

    Voter autrement mais pour qui? L'extrême-droite? Non merci!

  • Posté par Staquet Jean-Marie, mardi 22 juin 2021, 15:04

    Il n’est pas toujours possible de voter « autrement ». Surtout si tout le système vous bourre dans le crâne en permanence que la « démocratie » consiste à perpétuellement reconduire les mêmes ou que, si par accident des « autres » accèdent au pouvoir, ils n’ont comme seule option conforme à « Nos Valeurs » que de continuer ce qui se faisait avant. À la fin, le seul geste qui ait encore un sens est de mettre à nu l’evolution en parallèle de la société de la part du politique en ne cautionnant pas la mascarade par son vote. À une époque où toutes les grandes orientations se décident à huis clos au sein de la Commission européenne, du Conseil, de la BCE voire d’une Cour de justice affranchie de toute tutelle politique (mais pas d’influences politiques), qu’il « ne peut y avoir de choix démocratique contre les Traités » (formule désormais consacrée), que les Traités eux-mêmes sont de toute façon « à prendre et même pas à laisser » comme on l’a vu avec le CETA… expliquez-moi en quoi ça consiste « voter autrement » et ce que ça peut engendrer comme conséquence autre que se faire accabler d’injures par la suite car on a « mal voté ». La démocratie n’existe plus qu’au niveau communal. Et encore…

  • Posté par Lemaire Didier, mardi 22 juin 2021, 12:56

    Le système à deux tours est en train d'agoniser en France, un premier tour qui ne sert que de qualification pour le 2è et encore puisque certains se désistent (pq se sont-ils présentés ?). On verra au deuxième si l'abstention sera aussi forte, j'en doute, car au 2è tour les français voteront et à la proportionnelle, ça compte. Il y a quelques années la droite pavoisait après un premier tour où elle arrivait en tête, mais à l'issue du 2nd c'est le parti socialiste qui sortait vainqueur.

Plus de commentaires

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs