Le Conseil de l’Europe invite Madrid à renoncer à l’extradition de Carles Puigdemont

Le Conseil de l’Europe invite Madrid à renoncer à l’extradition de Carles Puigdemont

Le Conseil de l’Europe a invité lundi l’Espagne à renoncer «aux procédures d’extradition» visant les «responsables politiques catalans» exilés à l’étranger, dont l’ex-président régional catalan, Carles Puigdemont exilé en Belgique. Ce dernier ne fait pas partie des leaders exilés qui seront graciés par Madrid mardi.

Dans une résolution adoptée par l’assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE), l’organisation paneuropéenne appelle le gouvernement espagnol à «envisager de gracier, ou de libérer de toute autre manière», les politiques catalans condamnés pour leur participation «dans l’organisation du référendum anticonstitutionnel» de 2017 «et des manifestations pacifiques de grande envergure qui l’ont accompagné».

Le texte appelle surtout Madrid à «envisager de mettre un terme aux procédures d’extradition» à l’encontre des six «responsables politiques catalans vivant à l’étranger» et «recherchés pour les mêmes motifs», à l’image de l’ex-président régional catalan, Carles Puigdemont : exilé en Belgique depuis la tentative de sécession de 2017 pour échapper aux poursuites de la justice en Espagne, il risque 25 ans de prison pour rébellion.

M. Puigdemont et les cinq autres responsables catalans exilés ne sont pas concernés par la grâce accordée aux neuf indépendantistes condamnés à la prison pour la tentative de sécession de 2017, mesure annoncée lundi par le Premier ministre socialiste Pedro Sanchez dont le gouvernement souhaite toujours que les exilés soient extradés pour être jugés en Espagne.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous