Négociation salariale: la CSC et la FGTB approuvent l’accord social du bout des lèvres

Dans cet article
Négociation salariale: la CSC et la FGTB approuvent l’accord social du bout des lèvres

Ce mardi, tout se joue. L’accord social conclu le 8 juin au sein du Groupe des Dix est examiné depuis deux semaines au sein des différentes centrales syndicales. Et ce 22 juin en matinée, la FGTB et la CSC ont convoqué un bureau fédéral pour entériner les votes intervenus dans les différentes composantes de leurs structures.

La CSC approuve l’accord à 53 %, selon nos informations. Sur 300 votants, 159 ont approuvé l’accord social du 8 juin, 119 l’ont rejeté et 29 se sont abstenus.

A la FGTB, 49,06 % des votants ont approuvé l’accord social, 49,01 % l’ont rejeté et 1,92 % se sont abstenus. Un comité fédéral se réunit en ce moment et devrait, du bout des lèvres, valider l’accord. Sauf rebondissement, bien entendu.

Cette approbation était essentielle car plusieurs points de l’accord nécessitent la prolongation ou la signature de conventions collectives par les interlocuteurs sociaux.

Les points de l’accord

Par Pascal Lorent

L’accord survenu le 8 juin au sein du Groupe des Dix porte sur quatre points.

Salaire minimum

Il s’agit d’augmenter le salaire minimum de 76 euros brut par mois dès le mois d’avril 2022, puis de 35 euros brut aux printemps 2024 et 2026, grâce notamment à des baisses de cotisations sociales qui en réduiront le coût pour les employeurs.

Fins de carrière

Le régime de chômage avec complément d’entreprise (RCC), soit les ex-prépensions, est maintenu à 60 ans. Mais il sera possible de travailler à mi-temps (au lieu de 57 ans) dans le cadre du régime de fin de carrière, ou à quatre cinquièmes temps dès 55 ans.

Heures supplémentaires

Le quota additionnel de 120 heures supplémentaires, accordé aux secteurs les plus touchés par la crise et assorti d’un régime fiscal favorable, sera étendu à toutes les entreprises jusqu’à la fin de l’an prochain.

Pensions complémentaires

L’harmonisation des pensions complémentaires entre ouvriers et employés est reportée au 1er janvier 2030.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous