Accueil Culture Cinéma

Lever le voile sur la transidentité

Dans « Petite fille », en salles actuellement, Sébastien Lifshitz aborde la question de la transidentité chez l’enfant. Une réalité encore méconnue et peu soutenue/encadrée par les pouvoirs publics.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 7 min

Cinéaste de la liberté de l’être, Sébastien Lifshitz signe avec Petite fille un témoignage essentiel qui permet de lever le voile sur un sujet central, encore parfois mal compris : la transidentité chez l’enfant. Pendant un an, il a suivi le quotidien de Sasha, 7 ans, né garçon, mais qui se vit comme une petite fille depuis l’âge de 3 ans. Pour elle, cette transition est une évidence, une question de survie. Si elle reçoit le soutien inconditionnel de sa famille, le monde autour d’elle est hostile. Avec une caméra discrète, Sébastien Lifshitz se glisse dans la vie de cette famille pour documenter son quotidien, avec aussi son regard de cinéaste. Une manière sensible et accessible d’aborder la question de la transidentité chez l’enfant.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Dupont Vincienne, mercredi 23 juin 2021, 21:04

    "par définition, l’identité est quelque chose qui est propre, autodéterminé et légitime" nous explique Noah Gottlob... ben non, en fait. "Propre", au sens d'individuel, à la rigueur. Mais "autodéterminé" et "légitime" j'ai un doute. Il suffit de repenser à la situation vécue par Rachel Dolezal (une femme qui s'identifiait comme "Noire" alors que son entourage, se basant sur ses caractéristiques d'origine familiales la voyait comme "Blanche") il y a quelques années pour se rendre compte que cela ne va pas de soi. L'identité est en fait "hétérodéterminée" (elle nous vient de nos liens avec les autres et si "Sacha" peut se dire fille - ce dont je me réjouis pour elle - c'est parce que son entourage le permet) et, en soi, elle n'est ni légitime ni illégitime. C'est le contexte social qui détermine la légitimité ou non d'une identité : à Bruxelles, l'identité de Sasha est légitime, à Budapest, à Ryiad, à Kinshasa ou au Vatican, elle ne l'est pas.

Aussi en Cinéma

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs