Accueil Culture

Où l’on devient maître de son équilibre

Voilà 40 ans que l’Ecole de cirque de Bruxelles développe son projet tentaculaire à Tour et Taxis. Handicirque ou actions de quartier : avant d’être prouesse, le cirque y est trait d’union.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 6 min

Art de l’exploit, du dépassement de soi, de la surenchère physique et acrobatique, le cirque semble, a priori, taillé pour les plus forts. Comme une affirmation artistique de la théorie de Darwin : la survie du plus élastique et du plus musclé. Pourtant, à l’Ecole de cirque de Bruxelles, on pratique exactement l’inverse puisqu’on s’y préoccupe avant tout des plus faibles. Dans les ateliers d’Handicirque ou dans les actions à visée sociale, il ne s’agit pas de s’adapter aux exigences surhumaines du cirque mais c’est, au contraire, le cirque qui s’adapte aux réalités humaines de chacun.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Culture

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs