Accueil Économie Consommation

Comeos appelle à mettre le turbo sur l’e-commerce

La fédération sort un plan destiné à surfer sur l’engouement pour les achats en ligne. Avec l’idée que les commerçants nationaux puissent tirer les marrons du feu.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 4 min

Qu’avez-vous commandé en ligne depuis le début de la crise sanitaire ? Ce canal de distribution a littéralement explosé depuis mars 2020 et attiré de nombreux nouveaux utilisateurs. A l’aune des nombreuses mesures de restriction pour lutter contre le covid, ce ne sont pas moins de 1,3 million de Belges qui ont passé commande sur le net depuis la première fois, indique Comeos. La fédération du commerce et des services a aussi observé un glissement tout particulier des achats en boutiques vers ceux effectués en ligne. C’est le cas notable de la mode avec 54 % de recettes réalisées sur le net contre 46 % seulement en boutiques. Pointons également les jouets, écoulés à 48 % via smartphone ou PC, contre 52 % en magasins physiques.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Arcus Dan, mercredi 23 juin 2021, 9:28

    Comeos oublie un aspect très important de l’e-commerce. La qualité des services des compagnies des livraisons est déplorables! Les réglementations en vigueur ne sont pas suffisantes et ces sociétés (comme UPS, DHL etc) ne prends pas assez de responsabilités pour les colis. Il y as beaucoup des colis perdus, endommagés et même volés. Les services clientèle ressemblent a une histoire Kafka, et leurs courtiers en douane appliquent la taxation comme ils veulent (depuis le Brexit par example les colis sont taxés différemment en fonction du courier. UPS met 20% sur tout sans faire de différence entre les différentes types des produits, DHL essaye de respecter les catégories des prix mais avec pleins des erreurs, puis TNT fait 15% sur tout…etc) Celle-la génère beaucoup des coûts supplémentaires pour les commerçants et une manque de confiance de la part du consommateur. En dehors de ça les opérateurs commerciaux en ligne Belges sont désavantagés par les prix pratiqués par ces compagnies en Belgique en comparaison avec les concurrents des pays voisins ou les mêmes couriers pratique des prix différents. Si la Belgique veut rester concurrentielle sur le marché en ligne, cette aspect dois aussi avoir la considération des autorités pour soutenir les secteurs deja assez affectés par les restrictions liées a la pandémie.

  • Posté par Ask Just, mercredi 23 juin 2021, 8:41

    Article à mettre directement en rapport avec celui concernant le rapport du GIEC qui indique que d'ici 2050, tous les beaux plans sur la comète de Comeos et consorts n'auront fait qu'une chose, accélerer la fin de notre vieux monde. Mais puisque le "peuple" ne rêve que d'acheter compulsivement des merdouilles à ne plus savoir qu'en faire, quitte à faire travailler de pauvres hères dans des conditions exécrables (le travail de nuit réduit fortement l'espérance de vie), je dirais qu'il aura exactement ce qu'il mérite

  • Posté par Pierre Heidebroek, mercredi 23 juin 2021, 7:30

    COMEOS peut-elle rendre publique la répartition de la valeur ajoutée au seing des différentes chaines d' E-Commerce en Belgique? Ailleurs plus de 50% de la valeur ajoutée est avalée par les opérations de logistiques (c.a.d. par les plateformes) aux dépends de celle des autres acteurs de la filière... A part cela grosse arnaques aux jobs mal payes et ss doutes ss avenir (car robotisable...). Oui a l'E-Commerce mais avec un répartition correcte de la valeur ajoutée sur la chaine svp...

Aussi en Consommation

Phishing, smishing… l’autre épidémie qui a envahi notre quotidien

Des faux mails, SMS ou appels par dizaines de milliers. Depuis le début de la crise, le phishing, ou hameçonnage, a pris une ampleur inédite. Son objectif : soutirer des données bancaires ou faire ouvrir insidieusement à une victime son portefeuille. Des attaques de plus en plus sophistiquées, menées par des cyberescrocs peu inquiétés.

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs