Accueil Opinions

Daniel Cordier rouvre les plaies de la Libération

En 2009, Daniel Cordier démythifiait la résistance française dans « Alias Caracalla ». « La Victoire en pleurant » constitue la suite de ce récit autobiographique loyal et sensible.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Forum Temps de lecture: 5 min

Le temps qui passe a la particularité de fondre les hommes, leurs idées et leurs actes, en représentations homogènes. Il y a l’allié et l’ennemi, le résistant et le collaborateur, le courageux et le veule. Une bonne partie de la vie de Daniel Cordier, « Alain », a été consacrée à détricoter les stéréotypes plaqués sur la Résistance au fil d’un travail d’historien pointilleux, attaché à expliquer l’action de Jean Moulin – « Rex » – qu’il côtoya de près avant sa mort survenue en 1943.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Opinions

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs