Bruxelles, Namur, Liège…: pas d’écran pour les huitièmes de finale de l’Euro 2020

Bruxelles, Namur, Liège…: pas d’écran pour les huitièmes de finale de l’Euro 2020

Un écran géant pour Belgique-Portugal, dimanche soir ? Ces dernières heures, certains bourgmestres bruxellois étudiaient la possibilité d’en installer un ou plusieurs sur leur territoire.

Pour éviter la dissonance, Vincent De Wolf, président de la conférence des bourgmestres, a consulté. Les chefs de corps, d’abord. « Ils vont tous dans le même sens, en estimant que ce n’est pas une bonne idée. D’abord parce qu’installer un écran géant sur la voie publique, ça ne s’improvise pas, cela suppose une concertation avec les commerçants et les riverains, souligne le bourgmestre (MR) d’Etterbeek. Ensuite, la jauge des 2.500 places imposée par les mesures sanitaires serait vite dépassée, avec, en plus, la difficulté d’organiser le comptage et d’éviter les dépassements. Sans compter qu’il faudrait gérer l’excitation, la consommation d’alcool, la présence de supporters opposés, bref, la sécurité. »

Des écrans dans les stades pour le quart ?

A ces éléments s’ajoute la fatigue des forces de l’ordre. « Elles ont dû gérer toute la crise du covid, elles sortent du sommet de l’Otan, on a un sommet européen… Pour toutes ces raisons, cela semble impossible à organiser d’ici dimanche. Nous nous sommes concertés, entre bourgmestres, et nous avons décidé de ne rien organiser pour les huitièmes de finale. » Pas même Emir Kir, qui avait pourtant annoncé qu’il en placerait un place Saint-Josse mais a confirmé à nos confrères de Bruzz qu’il n’en ferait finalement rien.

Si les Diables se qualifient pour les quarts de finale, ils joueront le vendredi 2 juillet, à 21h, sans doute contre l’Italie. Là, les bourgmestres n’ont pas dit leur dernier mot. « On pourrait réenvisager la question, en privilégiant l’installation d’écrans dans des structures existantes, plaide Vincent De Wolf. Presque toutes les communes ont un petit stade qui permet, par exemple, de faciliter le contrôle d’accès. » Mais, d’abord, il faut éliminer le Portugal…

Pas d’écran non plus à Charleroi, Namur ou Liège

Dans les grandes villes wallonnes, le raisonnement est semblable. « C’est vrai que le nouvel arrêté ministériel est tombé ce jeudi après-midi, mais on n’a pour l’instant pas l’intention de changer de politique, nous explique-t-on à la Ville de Charleroi. On va donc continuer à interdire les écrans géants, afin de respecter les mesures sanitaires. » La question n’est pas non plus à l’ordre du jour du côté de Namur. « Et nous n’avons encore reçu aucune demande en ce sens », ajoute Maxime Prévot, le bourgmestre de Namur.

Enfin, dans la Cité Ardente, « la volonté est de ne pas faire concurrence à l’Horeca. Cela ne sert à rien de placer un écran géant au Tivoli alors que des organisateurs privés et des restaurateurs font déjà le travail dans le centre, dans le respect des mesures sanitaires. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous