Euro 2020

Inquiétude en France: une cascade de blessés avant les huitièmes de finale de l’Euro

@AFP
@AFP

Les Français terminent leur phase de groupe sur les rotules : après deux matches dans la chaleur étouffante de Budapest, les organismes ont été mis à rude épreuve et la liste des blessés s’allonge.

Lucas Digne et Lucas Hernandez n’ont pas pu terminer la rencontre mercredi face au Portugal (2-2) et l’entraînement de jeudi a mis sur le carreau deux nouveaux joueurs : Thomas Lemar et Marcus Thuram.

Le milieu de l’Atlético Madrid s’est tordu de douleur après un contact avec le gardien Mike Maignan lors d’une séance consacrée aux remplaçants. Il a été raccompagné aux vestiaires soutenu par deux membres de l’encadrement médical, laissant craindre une entorse à la cheville gauche.

Quant à l’ailier de Mönchengladbach, il a grimacé sur un changement de direction, visiblement touché à l’intérieur de la cuisse droite.

Cela ressemble à une hécatombe pour les Tricolores, déjà définitivement privés d’Ousmane Dembélé (cuisse)… Et peut-être bientôt de Digne, touché à une cuisse. « Ce n’est pas bon signe », a confirmé dès mercredi Didier Deschamps, également soucieux du cas de son autre latéral gauche Hernandez, en délicatesse avec un genou.

A ce poste, le sélectionneur va devoir aligner soit un latéral droit (Léo Dubois, Benjamin Pavard, Jules Koundé), soit un milieu comme Adrien Rabiot, à moins qu’il ne fasse confiance à Presnel Kimpembe qui évoluait à gauche au centre de formation du PSG. Autre solution : instaurer une défense à trois, un schéma déjà testé par Deschamps.

Manque de contrôle

Les champions du monde font-ils encore peur ? Certes, les premiers tours n’ont jamais été flamboyants sous l’ère Deschamps, mais l’impression générale laissée par les Bleus n’est pas aussi limpide que celles délivrées par l’Italie, la Belgique ou les Pays-Bas, dans des groupes certes moins relevés.

Trois erreurs défensives leur ont coûté trois buts : un mauvais repli de Pavard contre la Hongrie, un coup de poing susceptible d’exclusion signé Hugo Lloris et une faute de main de Koundé.

Le triangle offensif censé faire chavirer l’Europe avec Benzema, Kylian Mbappé et Antoine Griezmann, n’a pas montré grand-chose, et le seul but marqué dans le jeu est venu d’une inspiration de… Paul Pogba pour Benzema.

« Il faut ajouter des automatismes pour être plus conquérants et faire encore plus mal », a voulu croire le défenseur Jules Koundé.

Première place et « Benzegoal »

Ces mauvaises nouvelles feraient presque oublier que les champions du monde viennent de sortir vivants du « groupe de la mort », première place en prime, face à deux poids lourds du continent, l’Allemagne et le Portugal, et une vaillante Hongrie portée par son bouillant public.

« On a eu trois matches différents, à haute intensité, on n’a pas tout bien fait mais l’état d’esprit est là », a résumé Deschamps. « On est convaincu qu’on peut améliorer des choses, mais on est une équipe difficile à manoeuvrer, difficile à jouer car on est invaincus », a insisté Koundé, titulaire mercredi pour la première fois.

Les Bleus ont aussi récupéré ce qu’ils espéraient très fort : un Benzema buteur. D’un doublé, « KB9 » a libéré l’équipe de France et s’est délivré d’un poids, après quatre matches sans faire trembler les filets. « Tout le monde attendait ce but-là après six ans d’attente. Mais je suis un joueur qui a l’habitude d’avoir toute cette pression », a évacué l’attaquant du Real Madrid, désigné « homme du match ».

Depuis son retour surprise, il y a eu ce penalty raté contre les Gallois puis cette blessure contre les Bulgares en préparation, un but refusé contre l’Allemagne en début d’Euro et une partie frustrante face aux Hongrois.

« C’est clair qu’il y a une autre pression qu’en club parce que là, c’est tout un pays, mais moi ça me motive à chaque fois pour donner plus », a insisté le Madrilène. Une éclaircie au coeur d’un sombre horizon…

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • La fresque en l’honneur de Rashford à Withington, un quartier de Manchester, a été vandalisée à la suite de son tir au but manqué.

    Par Julien Raspiller

    Euro 2020

    Angleterre: quand le racisme devient une affaire d’État

  • AFP

    Euro: l’Italie brise le rêve anglais

  • S’il pense au Qatar, Mancini doit déjà identifier un remplaçant à Chiellini qui aura 37 ans en août. @Vincenzo Pinto/AFP.

    Par Rocco Minelli

    Euro 2020

    L’horizon du visionnaire Mancini

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous