Sommet européen: «Je ne reconnais plus Viktor Orban», regrette le Premier ministre luxembourgeois

Sommet européen: «Je ne reconnais plus Viktor Orban», regrette le Premier ministre luxembourgeois

Le Premier ministre luxembourgeois Xavier Bettel a fait part vendredi, à son arrivée à la seconde journée du sommet européen de Bruxelles, de sa tristesse face à la dérive du Premier ministre hongrois Viktor Orban, qu’il dit avoir connu « ouvert et tolérant » il y a plusieurs années.

Au terme du débat jeudi soir sur la nouvelle loi homophobe en Hongrie, « ma conclusion a été de rappeler un dîner que j’ai eu il y a cinq ou sept ans avec Viktor Orban à Budapest, avec mon mari : je ne reconnais pas le Viktor Orban qui est aujourd’hui à la table du Conseil européen », a témoigné le chef du gouvernement luxembourgeois, qui a épousé un Belge en 2015.

« Viktor Orban n’est pas le même, ça m’a beaucoup déçu et je le lui ai dit, c’est triste. C’était quelqu’un qui était ouvert, qui était tolérant ». M. Bettel a évoqué la procédure juridique que la Commission pourrait bientôt lancer contre cette nouvelle loi en Hongrie, qui prévoit que les contenus représentant la sexualité ou promouvant « la déviation de l’identité de genre, le changement de sexe et l’homosexualité » ne doivent pas être accessibles aux moins de 18 ans.

« Mais c’est triste d’en arriver là, si la colonne vertébrale de l’UE, qui est celle des droits, des valeurs, doit être garantie par les juges, et plus par les politiques, ce n’est pas un bon signe pour l’Europe, c’est que l’on est en train de diviser, et ça c’est toujours aux dépens de quelqu’un d’autre », a regretté M. Bettel.

Orban attaqué par plusieurs pays

Les chefs d’État et de gouvernement de l’Union européenne ont largement évité les caméras vendredi matin à leur arrivée à la seconde journée du sommet de Bruxelles, après les fortes tensions de la nuit liées au recadrage de Viktor Orban et les dissensions sur l’opportunité d’une relance rapide du dialogue au plus haut niveau avec la Russie.

Le président du Conseil Charles Michel et la présidente de la Commission Ursula von der Leyen avaient déjà fait annuler une conférence de presse conjointe pendant la nuit, ce qui a été interprété comme une volonté de ne pas afficher outre mesure ces dissensions. Une conférence de presse finale est toutefois toujours programmée ce vendredi.

Consacrée à l’économie intérieure, cette seconde journée verra les présidents de la Banque centrale européenne Christine Lagarde et de l’Eurogroupe Paschal Donohoe rejoindre un sommet de la zone euro en configuration ouverte (à 27). Les dirigeants débattront des moyens de favoriser la reprise économique en abordant la voie à suivre pour l’union bancaire et l’union des marchés des capitaux, ainsi que la coordination des politiques dans la zone euro.

 
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous