Bruxelles sans diesel et sans essence: une centaine de décès pourraient être évités chaque année, selon une étude

Bruxelles sans diesel et sans essence: une centaine de décès pourraient être évités chaque année, selon une étude
PhotoNews

Une centaine de décès pourraient potentiellement être évités chaque année grâce à l’interdiction des moteurs thermiques dans notre capitale, a annoncé vendredi Bruxelles Environnement, l’administration en charge de l’environnement et de l’énergie en Région de Bruxelles-Capitale. La mise en œuvre du plan régional de mobilité Good Move devrait aussi avoir un impact positif.

Le transport routier est l’un des principaux responsables de la pollution de l’air à Bruxelles. En 2019, il représentait 61% des émissions d’oxyde d’azote et 26% des émissions de particules fines. D’après une étude réalisée par Bruxelles Environnement, l’interdiction du diesel puis de l’essence couplée à la réduction de 25% de l’usage de la voiture pour 2030, comme prévu dans le plan Good Move, permettraient non seulement d’éviter entre 100 et 110 décès prématurés chaque année mais également de réduire de 25% les maladies liées à l’exposition au dioxyde d’azote, comme l’asthme, les cancers du poumon et autres troubles respiratoires chroniques.

Cette diminution des décès et des maladies devrait permettre de réaliser des économies substantielles concernant les soins de santé où l’absentéisme au travail. Au total, selon l’administration, ce sont 100 à 350 millions d’euros qui pourraient être économisés pour la seule année 2030.

La sortie du thermique et le plan Good Move devraient également entraîner une baisse de 65 à 75% des émissions de CO2 liées au transport. Ce qui, selon Bruxelles Environnement, permettrait à la capitale de respecter son objectif de réduire de plus de 40% les émissions directes de gaz à effet de serre en 2030.

Enfin, d’après une autre étude de Bruxelles Environnement sur l’impact socio-économique de l’interdiction des moteurs thermiques, le développement de la mobilité durable et la baisse des prix des véhicules basses émissions devraient permettre d’éviter un d’impact négatif sur les ménages.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous