Accueil Société

Vers un «thermic ban» en Wallonie?

Le gouvernement bruxellois validait ce vendredi 25 juin matin la décision de bannir les véhicules à diesel d’ici 2030 et à essence d’ici 2035. La Région wallonne compte-elle suivre les traces de la capitale ?

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

Au micro de la RTBF, vendredi matin, le ministre écolo du Climat, de l’Énergie et de la Mobilité, Philippe Henry, ne s’est pas montré surpris suite à l’annonce du « thermic ban » du gouvernement bruxellois puisque celui-ci figurait déjà dans les intentions et déclarations de politique régionale de Bruxelles. En Wallonie, aucune date n’est encore donnée pour suivre ce même plan d’action, le plan climat ne se réactualisant qu’en 2022. Un panel de citoyen a déjà été désigné pour une phase de consultation afin de les associer aux mesures qui seront prises.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Chalmagne Pierre, dimanche 27 juin 2021, 16:01

    La remarque "Avec une batterie produite en Europe et avec une électricité produite en Belgique" m'interpelle : combien de firmes européennes sont-elles prêtes à produire les batteries des voitures? Et cette étude tient-elle compte du CO2 des centrales au gaz qui seront nécessaires pour pallier à la fermeture en 2025 des centrales nucléaires ?

  • Posté par Joute Dodo, dimanche 27 juin 2021, 17:21

    Effectivement, ce seront des batteries chinoises. Les chinois sont en train de s'approprier partout dans le monde et en particulier en Afrique, toutes les mines qui livrent les métaux destinés à ces batteries et autos. Même à supposer qu'on subventionne lourdement des entreprises européennes pour fabriquer ces autos et ces batteries, on n'aura pas la matière première: les métaux indispensables.

  • Posté par RENARD Michaël, dimanche 27 juin 2021, 10:05

    "Le ministre écolo du Climat, de l'Énergie et de la Mobilité, Philippe Henry, souhaite diminuer coûte que coûte l’usage de la voiture." Quid des camions belges et étrangers ?

  • Posté par Wathelet Michel, dimanche 27 juin 2021, 10:04

    Cela discute, pourquoi ? Que l'on mette en place l'infrastructure et la transition se fera toute seule, plus de bornes, plus de voitures électriques et moins de diesel et essence. Une transition qui se fera normalement sans discussion inutile. Et que les batteries tiennent un minimum de 500 Km, compte tenu de cela, de la surface du pays, il est facile de positionner les bornes de façon à ne pas (souvent) tomber en panne.

  • Posté par Joute Dodo, dimanche 27 juin 2021, 17:17

    Mais on ne mettra pas l’infrastructure!, il n'y a pas de plans concrets pour installer l'infrastructure, il y a quelques vagues idées dans quelques cerveaux embrumés, rien de plus. La transition ne se fera pas. Il y aura d'un côté ceux qui ont de l'argent, une maison avec garage et qui pourront s'acheter une voiture électrique chinoise (pas forcément moins polluante qu'une à essence). Et puis il y aura ceux qui habitent en appart, n'ont pas de prise dehors pour recharger leur auto et seront dépendants des transports en communs.

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs