Accueil Opinions Éditos

Sortir du thermique, il va falloir s’organiser

Plusieurs villes européennes comme Londres, Rome, Paris ou Amsterdam ont pris la décision de bannir les moteurs polluants.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 2 min

Jeudi, le gouvernement bruxellois a dit adieu aux véhicules légers propulsés par le diesel et l’essence. A ceux qui, la larme à l’œil, voient leur voiture avec le regard d’un condamné à l’échafaud, rappelons que le diesel sera interdit (à Bruxelles) dans 9 ans ; et l’essence dans 14. Il reste du temps pour se retourner et pour observer les évolutions technologiques fulgurantes du secteur.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

22 Commentaires

  • Posté par Coets Jean-jacques, dimanche 27 juin 2021, 18:01

    Excellent édito qui a le mérite de remettre les pendules à l'heure, objectivement et sereinement. A l'heure des invectives, des anathèmes, des diatribes, et autres insultes, cela fait plaisir, comme un souffle d'air frais. Le fait de mettre des dates participe bien sûr d'un effet d'annonce mais met clairement les choses au point. A petits pas ou à grand pas, il va falloir faire son deuil du moteur thermique, et c'est une excellente chose en soi ! Les ressources sont limitées, la technologie dépassée, les décès liés de moins en moins acceptés... Oui, il faut encore créer toute une infrastructure ; peut-être avec des emplois à la clé ? Oui, il faudra aider tous ceux qui ne pourront pas franchir le pas, mais rappelons que 47 % des Bruxellois n'ont pas de voiture, contre 17 % pour la moyenne belge. Oui, il faudra que la technologie s'améliore pour le rendement, la recharge, la fabrication, et le recyclage mais 15 ans devraient être bien suffisant si on s'y met dès maintenant. Il y a 40 ans quand on a imposé le catalyseur, l'essence sans plomb, le 50 km/h, l'ABS.... il y avait des esprits chagrins pour prédire que cela serait impossible, que cela ne marcherait jamais, que cela rendrait l'industrie automobile impossible en Europe. Pourtant, plus personnes ne penserait faire marche arrière aujourd'hui ! Bien sûr, le défi ici est bien plus important mais tous les grands constructeurs s'orientent déjà vers le tout électrique. Pour Bruxelles, il est impensable de rester à la traine des autres grandes capitales et cette initiative, qui faisait partie du programme des partis (sauf MR, mais tant qu'il y aura un ministre qui soutient ouvertement l'immobilisme environnemental...) et de l'accord gouvernemental, va permettre de prendre le bon "train" pour une ville propre et à la pointe des défis environnementaux.

  • Posté par STORDIAU Pierre, mardi 29 juin 2021, 17:39

    @Coets Jean-jacques. "47% des Bruxellois n'ont PAS de voitures" ! Ah, Oui ... et pourquoi ? Pcq BXL c'est devenu le "quart monde"; le dépotoir des oubliés ; regardez la réputation mondiale de Molenbeek. LOL ! Si c'est ça votre vision du futur "vert" ... vous pouvez vous le garder ! Autre perle de vos élucubrations : "... faudra aider ceux qui n'ont pas les moyens de franchir le pas ... " : Si le Belge garde sa voiture 11 ans ... il faudra donc acheter une électrique vers 2022/ 2023 . Si c'est facile pour madame la ministre Elke V.D.B de payer le SURCOÛT de 10.000 eur c'est pas les 900 eur qu'elle propose qui va nous aider ! Et en quoi le 30 Kmh va réduire la pollution à BXL ? Et en éteignant les centrales nucléaires ... plutôt que d'en construire des plus modernes (énergie décarbonée svp !) votre groupe Ecolo-vélo n'aura PAS l'électricité pour le "tout électrique" : seulement ce qu'ils ne disent pas ... c'est qu'ils sont contre le progrès ! Tout simplement ! Donc, retour à la marche à pied; vélos; chars-à-boeuf ; bateau à voile et pédalos !

  • Posté par Joute Dodo, dimanche 27 juin 2021, 17:30

    La voiture électrique sera "un privilège d’élite tandis que le « peuple » comptera ses tickets de rationnement, comprimé dans des bus pouilleux ou sur des vélos rouillés.". Simplement parce qu'il n'y a pas d'infrastructure pour recharger sa voiture. Et il n'y a pas de plans concrets pour renforcer cette infrastructure. Il faudra avoir "son" garage, "sa" place de rechargement. Et je ne vous dit pas le vandalisme qu'il y aura sur les fils et les prises publics. Il faudra donc ne pas acheter de voiture quand on n'aura pas l'emplacement sécurisé pour la recharger. Ce type d'emplacement est impossible à avoir quand on loue ou qu'on n'a pas beaucoup de sous. Pour rappel, un emplacement extérieur (non sécurisé) coûte 15.000 à 20.000 euro et un garage plus de 30.000 euro. C'est déjà compliqué avec un vélo électrique!

  • Posté par Vanwetswinkel Gerard, dimanche 27 juin 2021, 14:37

    J'ai entendu Ph Henry parler des futurs transports en commun. J'ignore s'il est au courant de la rapidité des travaux du RER !

  • Posté par Baeyens Remi, dimanche 27 juin 2021, 13:27

    C e que l'on oublie, est que Bruxelles, contrairement aux autres capitales citées, est le carcan communautaire. Paris ou Amsterdam par exemple n'ont pas ces contraintes. Leurs activités économiques se sont développées en dehors du centre. La 'fédéralisation belge' n'a pas tenu copte de cet aspect. Donc, il serait responsable de la part de la région Bruxelloise se concerte avec ses voisins. Tuer l'activité économique de la région n'est pas une solution si ce n'est que l'activité touristique peut^être.

Plus de commentaires

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs