Accueil Économie Finances

Covid: banques et santé, un mélange des genres risqué

Les applications KBC et CBC proposent un bouton vers une plateforme de santé privée pour télécharger vos certificats de vaccination et résultats de tests PCR.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 3 min

Depuis début juin, l’application mobile du bancassureur KBC et celle de son pendant wallon CBC vous proposent de « consulter vos résultats covid ». La nouvelle fonctionnalité va plus loin, elle concerne en réalité tout votre dossier médical. Elle est présentée « comme une manière d’avoir toujours à portée de main vos certificats de vaccination, vos résultats de tests PCR ou encore vos prescriptions médicales ».

Etrange mélange des genres : vos données personnelles et particulièrement de santé sont fortement protégées par la loi, notamment pour éviter qu’elles tombent dans les mains de n’importe qui. Il serait malheureux qu’une institution financière, qui produit ses propres produits d’assurance (santé, entre autres) y ait accès. On a donc essayé de comprendre ce qu’il se passait derrière ce bouton.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Moreau Michel, mercredi 30 juin 2021, 18:14

    Merci pour l'info Mme Cloot ! On dirait bien que la marchandisation des données personnelles se poursuit, s'amplifie même... et cela malgré l'héroïque et incessant combat de Mathieu Michel et du Parlement pour nous en protéger ;-)) ! Les objectifs réels de la mise en place du CSI (avec son pouvoir discrétionnaire sur qui a accès à quoi) semblent donc progressivement apparaître. Hier Proximus, aujourd'hui Helena, après-demain KBC, les banquiers, les assureurs... : l'argent n'a pas plus d'odeur que les 'data' n'ont de limite par secteur d'activité... Après l'exploitation croisée des données des Services Publics dûment centralisées, menée sans le moindre problème au nez et à la barbe des Autorités de Protection (belge et européenne) et, rappelons-le, malgré la résistance véhémente de Mathieu Michel et du Parlement, on peut clairement faire le pas suivant : les mettre progressivement à la disposition de firmes privées, qui, toujours progressivement, vont se les échanger et les livrer à d'autres : tout cela rien que pour nous rendre service, évidemment ! Il serait vraiment intéressant de savoir grâce à qui "Helena a reçu un agrément du gouvernement pour accéder aux données de masanté.be", et que stipule exactement cet agrément "officiel" ? Existe-t-il le moindre bout de papier, officiel et public, validant cet obscur agrément pour lequel aucun citoyen belge ne semble avoir donné son accord ? Ou cela ressort-il du RGPrD (Règlement Général pour la Propagation des Données) ?

Aussi en Finances

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs