Accueil Belgique Politique

Comment les communes veulent participer à la relance

A Bruxelles et en Wallonie, les pouvoirs locaux ont plutôt bien résisté à la crise sanitaire. Mais il faut désormais s’inscrire dans le futur et investir aussi. Le pourront-elles ?

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 4 min

L’impact immédiat de la crise sanitaire sur les finances des communes bruxelloises et wallonnes s’avère relativement réduit. Mais il ne faut pas s’y tromper : en bout de chaîne, les pouvoirs locaux doivent s’attendre à manger leur pain noir à partir de 2022 et au cours des années suivantes.

Dans l’étude publiée ce mardi sur les budgets 2020 et 2021, la banque Belfius soulève donc une question importante : les villes et communes seront-elles en mesure de jouer leur rôle dans la phase de relance des investissements publics incarnée par différents plans annoncés à coups de milliards d’euros ?

Il faut sans cesse le répéter en effet : en Belgique, les pouvoirs locaux représentent à eux seuls entre 30 et 35 % des investissements publics, contre 17 % pour le niveau fédéral par exemple. S’ils ne tiennent pas leur rang dans les prochains mois, toute l’économie en pâtira.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs