Accueil Société

Vaccination, tests PCR, Stib: ce qui change à partir du premier juillet

De nouvelles règles vont entrer en vigueur à partir de ce jeudi.

Temps de lecture: 9 min

A partir du 1er juillet, les étudiants pourront bénéficier d’un abonnement scolaire Stib au prix de 12 euros au lieu de 50 euros actuellement. Objectif affiché ? Rendre les transports publics plus accessibles et inciter les jeunes à les utiliser davantage.

Cette mesure a été décidée par le gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale. Elle concerne tous les étudiants âgés de 12 à 24 ans. Concrètement, une famille payera 12 euros pour le 1er enfant, 12 euros pour le 2e enfant, le 3e abonnement scolaire et les suivants restant gratuits.

Le prix de l’abonnement Brupass scolaire, qui donne accès au réseau de la Stib (excepté depuis l’aéroport), ainsi qu’aux réseaux de De Lijn, du TEC et de la SNCB dans la zone Brupass, diminuera également et passera de 90 euros à 52 euros pour les 1er et 2e enfants. Pour le 3e enfant et les suivants, le prix restera inchangé à 40 euros.

Par ailleurs, dès le 1er février 2022, tous les Bruxellois âgés de 18 à 24 ans qui n’ont pas le statut étudiant pourront aussi bénéficier d’un abonnement annuel Stib au tarif de 12 euros, au lieu de 499,00 euros, a fait savoir la société bruxelloise de transport public.

Tests PCR

A partir du 1er juillet, les tests PCR permettant de dépister le covid pourront coûter au maximum 55 euros, au lieu de 70 euros actuellement, et les tests rapides antigéniques 120 euros maximum. Ce règlement s’appliquera pour les mois de juillet, août et septembre.

Les tests PCR restent gratuits dans un certain nombre de circonstances. C’est le cas, par exemple, lorsqu’une personne développe un ou plusieurs symptômes, à la suite d’un contact à haut risque ou encore au retour d’une zone rouge.

En outre, le gouvernement fédéral a décidé que les enfants de 6 à 17 ans bénéficieront de deux tests PCR gratuits durant l’été, de même que les adultes qui n’ont pas eu l’occasion de se faire vacciner intégralement. Pour ce faire, il est possible de commander un code via la plateforme fédérale « MaSante ». Le code reste valable dix jours.

Vaccination

A Bruxelles, il sera possible de se faire vacciner sans rendez-vous dans plusieurs nouveaux centres. Les détails sont à retrouver dans le tweet du bourgmestre Philippe Close intégré ci-dessous.

Bpost

À partir du 1er juillet, la TVA sera due sur les produits à TVA pour tous les achats effectués auprès de boutiques en ligne situées en dehors de l’UE et livrés en Belgique. Cette nouvelle législation européenne abolit la tolérance sur les colis d’une valeur de maximum 22 euros. Afin de permettre de prendre connaissance et de payer ces frais au préalable, Bpost lance une nouvelle option de paiement sécurisé dans l’app My bpost et le Track Trace.

Ces frais ne devront ainsi plus être réglés auprès du facteur ou à un point d’enlèvement.

Allocations sociales

Plusieurs allocations sociales (retraites, chômage, indemnités de maladie ou invalidité) vont augmenter en vertu d’un accord sur la répartition de l’enveloppe bien-être conclu à la mi-avril par les partenaires sociaux. Le gouvernement a débloqué à cet effet un budget de 700 millions d’euros pour les deux prochaines années.

Les chômeurs complets verront notamment leurs allocations minimales augmenter : de 2 % pour les cohabitants, 2,4 % pour les isolés et 3,5 % pour les chefs de ménage. De même, les allocations minimums pour chômage temporaire seront majorées de 3,5 %. Les pensions minimums augmenteront pour leur part de 2 %. Cette hausse est indépendante de l’augmentation déjà promise pour les pensions les plus basses.

Plus spécifiquement, les pensions d’invalidité des ouvriers mineurs augmenteront de 2,5 %.

Les minima de l’assurance maladie et invalidité (AMI) seront, eux, augmentés comme suit : +2,5 % pour les travailleurs réguliers chefs de ménage et + 2 % pour toutes les autres catégories (isolés, travailleurs réguliers cohabitants, travailleurs irréguliers).

Les allocations minimums dans le cadre des accidents de travail et maladies professionnelles vont, elles, croître de 2 %.

Les allocations pour le congé parental vont aussi augmenter : ainsi les parents isolés qui prennent soin d’un enfant verront leurs indemnités augmenter de 2,4 %, tout comme ceux qui bénéficient d’un crédit-temps 1/5e pour soins à un enfant.

Enfin, les allocations d’assistance (revenu d’intégration sociale, Grapa et allocations de remplacement de revenus pour personnes handicapées) seront également majorées de 2 %.

Par ailleurs, les prestations en matière de droit passerelle pour les travailleurs indépendants augmenteront de 2 %. Ces travailleurs profiteront également d’une revalorisation de leurs indemnités d’incapacité de travail et de maternité, ainsi que des allocations de congé parental d’accueil et de congé d’adoption.

Roaming

Dès le 1er juillet, Proximus permettra à ses clients qui voyagent en dehors de l’Union européenne (UE) de continuer à bénéficier de leur formule tarifaire nationale, moyennant le paiement d’un « Daily Roaming Pass ».

Ce forfait quotidien s’activera automatiquement pour 24h00 dès que le client effectue un appel, une session data mobile ou envoie plus de deux SMS ou MMS. Les minutes d’appel, les SMS et le volume de surf (MB, mégabytes) consommés à l’étranger seront alors déduits des quotas mensuels classiques.

En fonction de la zone visitée (A ou B), ce pass coûtera 5,95 euros ou 11,95 euros par tranche de 24 heures d’utilisation du service mobile à l’étranger. « Aucun autre coût ne sera appliqué pour les communications au sein du pays visité ou vers la Belgique si on reste dans les limites de son abonnement mensuel et pour autant qu’on ne soit pas à la limite légale de 60 euros TVAC pour les communications mobiles internet à l’étranger », indique l’opérateur. En outre, un maximum de 10 Daily Roaming Pass sera facturé par mois. À partir du 11e jour, il restera actif sans frais supplémentaire pour le reste du mois.

Dans la zone A figurent notamment des pays très prisés par les Belges comme la Suisse, le Maroc ou les États-Unis, ainsi que le Canada ou la Turquie. La zone B regroupe des destinations moins fréquentées telles que le Laos, le Vietnam, le Sénégal, le Congo et le Pérou.

Pour les clients Entreprise, Proximus va également diminuer le prix de l’utilisation des données en dehors de l’UE, puisque celui-ci passera de 12 euros/MB à 0,20 euro/MB hors TVA (à l’exception de quelques pays).

Migraines

les traitements préventifs de la migraine Ajovy et Emgality seront remboursés en Belgique, a annoncé le ministre fédéral de la Santé et des Affaires sociales, Frank Vandenbroucke.

Le mois dernier, l’antimigraineux Aimovig avait déjà été admis au remboursement pour les adultes souffrant d’au moins huit jours de migraine par mois et ayant préalablement essayé au moins trois traitements prophylactiques (préventifs, NDLR) sans succès. Ajovy et Emgality seront aussi remboursés pour la même indication et sous les mêmes conditions.

Le ticket modérateur d’un patient assuré ordinaire sera de 12,10 euros et de 8 euros pour un patient bénéficiant du statut BIM. Le montant total du remboursement s’élèvera à 524,86 euros pour Ajovy et à 479, 22 euros pour Emgality, a spécifié l’Institut national d’assurance maladie-invalidité (Inami).

Personnel soignant

Le nouveau modèle salarial IFIC pour les travailleurs des secteurs de la santé entre en vigueur à partir du 1er juillet. Désormais, la rémunération sera basée davantage sur la fonction exercée que sur le diplôme. Le système doit permettre de revaloriser les salaires du personnel des secteurs fédéraux de la santé, surtout en début de carrière.

L’IFIC est l’acronyme de Instituut voor Functieclassificatie – Institut de Classification de fonctions, soit un organisme chargé de moderniser la classification des postes existant au sein des secteurs qui relèvent de la commission paritaire 330 des établissements et services de santé.

Concrètement, chaque fonction est cataloguée selon une série de critères qui ont été choisis par les partenaires sociaux (patrons et syndicats). Au total, « 218 fonctions sont classées en six familles (administration – hôtelier, logistique et technique – médicotechnique et pharmacie – paramédical – psycho-social – infirmier/soignant) et en 20 catégories, qui correspondent chacune à une échelle salariale différente », détaille Santhea, une fédération patronale d’institutions de soins de santé wallonnes et bruxelloises.

Chaque travailleur a normalement reçu une projection individualisée, qui compare sur l’ensemble de sa carrière son salaire actuel et celui auquel il pourra prétendre avec l’IFIC. L’employé est libre d’accepter ou de refuser ce nouveau barème et le cas échéant, de rester dans l’ancien système, plus avantageux pour les personnes dont la carrière est déjà bien avancée. En effet, l’IFIC propose une évolution de salaire plus rapide et plus importante en début de carrière, pour arriver, en fin de carrière, à un niveau similaire à celui de l’ancien barème. Il est donc plus intéressant pour les jeunes.

Les travailleurs qui entreront en service à partir du 1er juillet 2021 bénéficieront, eux, automatiquement de l’application des échelles barémiques IFIC.

Fruit d’un accord entre les partenaires sociaux, la réforme de l’IFIC a été lancée en 2018, sous la législature précédente, avec pour objectif principal de « favoriser financièrement les premières années de carrière pour augmenter l’attractivité de la profession », indique le cabinet du ministre de la Santé. Sa mise en application se fait en deux temps : dès le 1er juillet dans le secteur privé et d’ici la fin de l’année dans le secteur public (avec toutefois un effet rétroactif au 1er juillet).

Le coût annuel total de l’implémentation complète de l’IFIC, pour tous les secteurs de la CP330 concernés, s’élève à 500 millions d’euros, injectés par le gouvernement fédéral. Ce montant représente une augmentation moyenne de la masse salariale de 6 %.

Prélèvement kilométrique

La Région de Bruxelles-Capitale et la Flandre indexeront le prélèvement kilométrique sur leur territoire à partir du 1er juillet. L’indexation des tarifs a déjà eu lieu en Wallonie le 1er janvier.

Les tarifs s’appliqueront aux poids lourds belges et étrangers d’une masse maximale autorisée (MMA) de plus de 3,5 tonnes mais aussi aux véhicules tracteurs de semi-remorques de catégorie N1, portant le code de carrosserie BC.

Le tarif par kilomètre parcouru sur les routes à péage dépend de la région, de la MMA et de la norme d’émission Euro du véhicule. Le prélèvement kilométrique tient compte de trois catégories MMA (plus de 3,5 tonnes à 12 tonnes, plus de 12 tonnes jusqu’à 32 tonnes, et plus de 32 tonnes) et de sept normes Euro. Le tarif est avantageux plus la norme Euro est élevée et moins la MMA est importante.

Les nouveaux tarifs seront automatiquement mis à jour dans le logiciel des OBU (On Board Units) des prestataires de services accrédités pour le prélèvement kilométrique.

Tri des déchets

De nouvelles communes passeront au sac bleu élargi au 1er juillet. Presque tous les emballages ménagers en plastique y seront ainsi acceptés dans le sac PMC. Déjà en vigueur dans de nombreuses communes, ces nouvelles règles s’appliqueront dorénavant aussi à Charleroi et sa région (intercommunale Tibi) et au Brabant wallon (InBW). Seule la province de Luxembourg devra encore attendre jusqu’octobre ce changement de sac bleu.

Barquettes de beurre, raviers de champignons, sachets et films plastiques, autant d’emballages en plastique que l’on jette habituellement dans la poubelle ménagère classique, peuvent être placés dans les nouveaux sacs bleus, apparus fin 2019 dans certaines communes de Wallonie.

En Flandre et la Région de Bruxelles-Capitale, toutes les communes sont déjà passées aux nouvelles règles en la matière.

Grâce au nouveau sac PMC, la production de déchets résiduels pourra diminuer d’en moyenne 8 kilos par an.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par RC Peeters, mercredi 30 juin 2021, 19:57

    Bercoff parlons vrai Michèle Rivasi - "Dans les closes, en cas d'effets secondaires les labos ne sont pas responsables ! juste un paragraphe qui disent ceci à noter que nous compensation en cas de dommages ou d'effets secondaires graves de la part des entreprises pharmaceutiques produisant des vaccins est impossible, car elles sont déliées de toute responsabilité par ailleurs le gouvernement et les autorités sanitaires rejette toute responsabilité la vaccination est à assimiler à un acte volontaire non obligatoire pour lequel le patient assume l'entière responsabilité! https://www.youtube.com/watch?v=GUqnK3qaGNk&list=PLaXVMKmPLMDQe5oKZlhHutOQlGCq7EVU4

  • Posté par massacry olivier, mercredi 30 juin 2021, 23:31

    Et hops le croisé de mauvaise foi continue sa désinformation quotidienne, véritable fonctionnaire des fakes news, il doit faire sa propagande antivax, coute que coute, même au détour d'un article sans rapport direct avec son post. Donc aujourd'hui on a droit encore à la rumeur de l'irresponsabilité des firmes pharmaceutique, vantée par l'eurdéputée Rivasi sur Sud Radio. La grosse blague. Un petit détour par Wikipédia nos apprend que Bercoff est on ne peux plus exemplaire en matière d'objectivité: "André Bercoff reprend depuis 2016 les « thèses favorites de l’extrême droite », inversant la relation dominant/dominé, notamment lorsqu'il fait des insinuations sur la menace du Grand remplacement ou dénonce le racisme « anti-blanc ». CQFD désigne André Bercoff comme étant « collaborateur des sites fachosphériques Boulevard Voltaire, Riposte laïque, Figarovox et de l’hebdomadaire Valeurs actuelles ». En 2020, dans le contexte de la pandémie de Covid-19, il est accusé par France Info de donner la parole, sur Sud Radio, à un monde « parallèle » de désinformation, qui comprendrait notamment des « complotistes » et des « rassuristes » comme les médecins Christian Perronne et Louis Fouché, ainsi que la généticienne Alexandra Henrion-Caude, désavouée par l'Inserm." Tiens un animateur proche d'une droite extrème comme référence pour le croisé de mauvaise Peeters, étrange? Non, naturel chez lui. Quant à Rivasi, c'est guerre mieux, ici on a affaire à une pure experte en pseudo science: antivax primaire, "elle diffuse régulièrement, sur son blog et lors d'entretiens, des fausses informations sur la vaccination.....Le 25 avril 2020, elle publie un tweet où elle fait état de ses doutes sur l’efficacité d’un éventuel vaccin contre le covid-19 du fait, selon elle, de la capacité de mutation du virus. Désavouée par EÉLV, elle supprime son tweet deux jours plus tard.....En raison de ses nombreux engagements sur le terrain de la santé environnementale qui l'amènent à défendre des positions qui vont à l'encontre du consensus scientifique, Michèle Rivasi fait l'objet d'importantes critiques de la part d'une partie du corps médical. Le Journal international de médecine la qualifie de « reine de l'alterscience », ciblant notamment sa proximité avec les militants anti-vaccination et son combat contre l'électrosensibilité, et l'accusant de colporter des « faits alternatifs ». (Wikipédia). Elle est aussi un ferrue d'homéopathie, mais rien à ce sujet concernant le covid...A lire aussi à son sujet l'article de Conspiracy Watch: "Vaccins : l’eurodéputée Michèle Rivasi « alimente les rumeurs complotistes. Au sujet de la responsabilité, réelle, des firmes pharmaceutiques, voir notamment: https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2021/01/25/vaccins-contre-le-covid-les-laboratoires-sont-ils-exemptes-de-leur-responsabilite-financiere-en-cas-d-effets-indesirables_6067539_4355770.html, https://www.lefigaro.fr/societes/vaccins-covid-19-l-ue-nbsp-indemnisera-les-laboratoires-en-cas-de-problemes-20200827, https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/vaccin/les-laboratoires-seront-ils-responsables-en-cas-d-effets-secondaires-lies-au-vaccin-contre-le-covid-19_4123587.html, https://www.rtl.fr/actu/bien-etre/vaccin-contre-le-coronavirus-y-a-t-il-vraiment-une-clause-de-non-responsabilite-des-labos-7800923458.

  • Posté par Bartet Guy, mercredi 30 juin 2021, 13:30

    Des abonnements STIB moins chers voire gratuits à partir du 3ème enfant ! C'est comme pour les allocations familiales. Juste après la dernière guerre mondiale, pousser à la procréation avait un sens, il fallait reconstituer la population décimée. Mais aujourd'hui, c'est tout le contraire, nous sommes en état de surpopulation. Il faut diminuer les allocations familiales, idéalement les supprimer, à partir du 3ème enfant. Et les abonnements doivent être plus chers à partir du 3ème, ou moins chers pour les 2 premiers. Eh ben non, on continue comme avant, sans réfléchir, ou probablement avec des arrière-pensées électorales. Désespérant.

Aussi en Société

Grand format Agressions sexuelles: une lame de fond partie du cimetière d’Ixelles

En dix jours, deux bars ixellois ont été visés par des dizaines de témoignages de femmes, relatifs à des cas d’agressions sexuelles. Dans le sillage de ces récits, d’autres sont venus mettre en perspective une problématique qui dépasse de loin le quartier étudiant (et plus largement Bruxelles), mettant le monde de la nuit face à ses responsabilités.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko