Coronavirus: une étude démontre l’impact des voyages internationaux sur la circulation du virus

Coronavirus: une étude démontre l’impact des voyages internationaux sur la circulation du virus
Belga.

Une étude menée conjointement par la K.U.Leuven et l’ULB publiée mercredi analyse l’impact des voyages internationaux sur la circulation du virus lors de l’été 2020. Leurs analyses démontrent que dans la majorité des pays étudiés, plus de la moitié des souches circulant à la fin de l’été résultaient de nouvelles introductions depuis le 15 juin. Cela suggère que les assouplissements et les voyages internationaux ont joué un rôle important dans l’émergence de la deuxième vague. Les chercheurs prônent donc la prudence.

L’équipe de chercheurs a reconstitué la distribution géographique des souches du virus nouvellement introduites. Pour ce faire, ils ont utilisé des données sur l’épidémie, la mobilité et les génomes des virus provenant de dix pays : l’Allemagne, la Belgique, l’Espagne, la France, l’Italie, la Norvège, les Pays-Bas, le Portugal, le Royaume-Uni et la Suisse.

De plus, l’impact des souches nouvellement introduites semble être d’autant plus important que les taux de circulation du virus étaient faibles dans une région donnée. Les chercheurs eux-mêmes ont comparé ce phénomène à un feu de forêt. « S’il y a déjà beaucoup de petits foyers dans une forêt, en allumer quelques-uns en plus ne fera guère de différence : le feu se propagera de toute façon », explique le chercheur FNRS Simon Dellicour. « En revanche, s’il n’y a que quelques foyers sporadiques, alors en allumer de nouveaux peut accélérer et augmenter la violence de l’incendie à venir ».

L’équipe belge montre aussi que le succès de la transmission des lignées nouvellement introduites était prédit par l’incidence locale de la COVID-19 : dans les pays qui ont connu une incidence estivale relativement élevée (par exemple l’Espagne, le Portugal, la Belgique et la France), les événements d’introduction ont conduit à proportionnellement moins de chaînes de transmission actives après le 15 août. Leurs résultats indiquent entre autres que les événements d’introduction au Royaume-Uni ont particulièrement réussi à établir des chaînes de transmission locales, avec une fraction considérable d’introductions provenant d’Espagne.

Cet été, campagne de vaccination oblige, les cartes sont différentes dans les pays étudiés. Néanmoins, les chercheurs soulignent que la prudence reste de mise car les campagnes de vaccination sont toujours en cours et qu’il y a maintenant aussi la circulation de variants du virus plus transmissibles et/ou échappant à l’immunité.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous