Institut pour l’égalité hommes-femmes: Corentin de Salle (MR) demande à Ihsane Haouach de retirer son voile au conseil d’administration

Capture
Dominique Duchesnes

Moins d’un mois après la désignation d’Ihsane Haouach, qui porte le voile, en tant que commissaire du gouvernement auprès de l’Institut pour l’égalité entre les femmes et les hommes, le MR remonte au créneau. Pour les libéraux, la nomination d’Ihsane Haouach, diplômée avec grande distinction de l’école Solvay, ne passe toujours pas.

Corentin de Salle, le directeur scientifique du centre d’études du MR, est intervenu ce mercredi après-midi lors du conseil d’administration de l’Institut. L’admnistrateur aurait expliqué, dès le début de la séance, et « au nom du MR », qu’il avait un « réel problème à ce qu’elle assiste voilée au CA. » Et lui demandant dans la foulée de ne pas porter son foulard lors de sa participation au CA, ou de s’abstenir d’y siéger.

Ihsane Haouach a alors pris la parole, répondant que Corentin de Salle n’avait pas à lui dire comment s’habiller. Pour la commissaire du gouvernement, le Conseil d’administration n’est pas le lieu d’un tel débat, débat qui a déjà été tranché par ailleurs. Corentin de Salle aurait continué à s’expliquer, qualifiant au passage son comportement d’un « acte de provocation ». Ihsane Haouach lui aurait demandé de respecter l’Institut, à défaut de sa personne, souhaitant reprendre l’ordre du jour de la séance.

Contactée par Le Soir, Ihsane Haouach ne souhaite pas faire de commentaire. De son côté, Corentin de Salle nous a expliqué ne pas avoir voulu siéger et travailler « avec une personne qui viole le principe de neutralité comme si de rien n’était. » « Le fait que rien ne soit évoqué dans le cadre de l’Institut me semblait problématique, et je regrette que les représentants des différents autres partis n’aient pas voulu se prononcer sur le sujet. »

Selon une autre source, la présidente de l’Open VLD a également demandé de respecter le cadre et l’ordre du jour. D’autres membres auraient également voulu intervenir, mais la présidente aurait alors clôturé le débat.

La vice-présidente du Conseil d’administration, Maïté Warland (Ecolo -NDLR cette précision a été rajoutée le 2 juillet), a réagi ce mercredi soir, accusant l’administrateur du MR d’avoir violé l’obligation de discrétion imposée par le règlement , et de « saboter délibérément le travail du CA dans l’unique but d’entretenir une polémique sur laquelle son parti a choisi de faire campagne. »

Pour les libéraux francophones, Ihsane Haouach ne respecte pas la neutralité attendue d’un représentant du gouvernement. Au début du mois de juin, le MR avait dénoncé – avec vigueur – le choix fait par la secrétaire d’État à l’Égalité des genres, Sarah Schlitz (Ecolo), déplorant une décision non concertée.

Pour le Premier ministre, le sujet était clos, appelant à un débat serein sur la neutralité et non autour de la personnalité de Mme Haouach. Comme un boomerang, la nomination d’Ihsane Haouach risque peut-être de revenir se cogner à la Vivaldi.

 
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous