Air Belgium se dote de deux A330neo neufs et mise sur 4 nouvelles destinations

Niky Terzakis, le patron d’Air Belgium.
Niky Terzakis, le patron d’Air Belgium. - Pierre-Yves Thienpont.

Après un « bilan terrible » pour une année 2020 marquée par la crise du coronavirus, Air Belgium entrevoit les mois à venir sous de meilleurs auspices. Outre son activité cargo florissante, côté passagers, la compagnie aérienne va en effet se doter de deux avions longs porteurs A330neo flambant neufs. Elle espère pouvoir lancer quatre nouvelles destinations courant 2022, en plus des Antilles françaises, dont les liaisons reprennent ce vendredi, et de l’île Maurice dès la mi-octobre.

L’année 2020 a été marquée par une importante perte pour l’entreprise basée à Mont-Saint-Guibert (Brabant wallon) : 16 millions d’euros et ce « malgré toute une gymnastique » pour essayer de limiter les dégâts, a expliqué son CEO Niky Terzakis dans un entretien avec l’agence Belga. Air Belgium ne s’attend en outre pas à repasser dans le vert en 2021 mais la perte sera toutefois nettement moindre, avant de repasser en boni courant 2022 si tout évolue selon les prévisions actuelles, confie le patron. « On ne devrait plus brûler du cash vers septembre-octobre mais commencer à en générer », espère-t-il.

Le CEO rappelle que l’ensemble du personnel a été maintenu, notamment grâce au chômage économique. L’entreprise emploie actuellement 362 équivalents temps-plein pour l’ensemble de ses activités (passagers et fret) et devrait dépasser les 400 d’ici la fin de l’année.

« On n’est pas sortis de l’auberge »

Sur le plan financier, la Commission européenne a estimé la semaine dernière qu’une mesure d’aide belge de 4,8 millions d’euros en faveur d’Air Belgium était conforme aux règles de l’UE en matière d’aides d’État. « Une aide qui est bonne à prendre », commente Niky Terzakis, qui insiste sur la « résilience hors norme » de sa société.

« On n’est pas sortis de l’auberge. On voyait la lumière au bout du tunnel et on constate maintenant qu’on se rapproche de cette fin », illustre le patron. Les effets du covid devraient encore se faire ressentir deux-trois ans, prédit-il, mais la compagnie est bien positionnée pour bénéficier de la reprise avec ses activités de fret, d’une part, et de passagers, d’autre part.

Deux nouveaux avions

Concernant les passagers, deux nouveaux avions rejoindront donc bientôt la flotte. Ils consomment moins de carburant, peuvent accueillir davantage de passagers (jusqu'à 286) et font moins de bruit. Leur arrivée sera une première au sein d’une compagnie aérienne belge, souligne Niky Terzakis. Ils seront livrés à l’automne pour une mise en service en octobre et novembre, notamment pour desservir, à partir du 15 octobre et depuis Brussels Airport, l’île Maurice, une destination qui aurait dû voir le jour en décembre dernier si la crise n’était pas passée par là. Ces vols pourraient même être étendus jusqu’à la Réunion, laisse entrevoir le patron.

Ces A330neo remplaceront progressivement les A340 au sein de la flotte d’Air Belgium. Dans l’immédiat, ces plus anciens avions reprendront dès vendredi les liaisons bihebdomadaires depuis Charleroi vers la Guadeloupe et la Martinique. Une manière d’éviter les destinations engorgées du bassin méditerranéen et d’être malgré tout un peu comme en France, pointe le patron. Avec en outre une extension vers Curaçao depuis Fort-de-France, qui suscite l’engouement des néerlandophones, qu’ils soient Flamands ou Néerlandais, avec une offre hôtelière beaucoup plus grande que celle des Antilles françaises, analyse-t-il.

Quatre nouvelles destinations

En 2022, Air Belgium espère pouvoir lancer quatre nouvelles liaisons : deux en Amérique du Nord et deux en Afrique, dont une en Afrique du Sud.

D’ici là, l’entreprise brabançonne continue à opérer des vols pour d’autres compagnies aériennes pour utiliser au mieux ses appareils.

Sa flotte est actuellement composée de sept avions, en ce compris les activités cargo. Le total devrait passer à huit puis dix dans le courant 2022 : six pour le fret et quatre pour les passagers.

Les activités cargo d’Air Belgium au départ de Liège Airport sont en effet en plein développement. « On a du mal à suivre ! Avec notamment Chicago 9 fois par semaine, mais aussi New York, Atlanta, et bientôt Dubaï Beyrouth et Istanbul, ainsi que la Chine à partir de mi-juillet », liste Niky Terzakis. L’entreprise opère ces destinations pour le géant logistique français CMA CGM, dont elle est devenue la « compagnie aérienne ». Mais elle travaille également avec d’autres clients pour ces activités de fret, glisse encore le CEO. Et des avions-cargos pourraient aussi bientôt se poser à Brussels Airport.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous