Accueil Opinions Cartes blanches

Carte blanche sur le climat et l’énergie: qu’attend la Belgique pour changer de stratégie?

Le 6 juillet se tiendra le 6e cycle de négociation du Traité sur la Charte de l’énergie (TCE). Cet accord qui protège les investissements privés dans les énergies fossiles est le principal frein à la transition écologique. Aussi longtemps qu’elle restera dans le carcan du TCE, la Belgique sera face à un dilemme insoluble.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 6 min

Le 26 mai, la justice néerlandaise a condamné la multinationale Shell à réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 45 % d’ici 2030, par rapport au niveau de 2019. Quelques semaines plus tard, c’est au tour d’un Etat, la Belgique, à être condamné. Le 17 juin, le tribunal de première instance de Bruxelles a jugé que l’État fédéral et les trois régions, en s’abstenant de prendre les mesures nécessaires pour prévenir les effets du changement climatique, commettaient à la fois une faute et une violation de la Convention européenne des droits de l’homme, qui protège notamment le droit à la vie.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

7 Commentaires

  • Posté par Lambert Louis, vendredi 2 juillet 2021, 17:03

    Ce qui est très intéressant c'est que les juges ont considéré qu’« il n’est plus permis de douter de l’existence d’une menace réelle de changement climatique dangereux ayant un effet néfaste direct sur la vie quotidienne des générations actuelle et future des habitants de la Belgique ». Cela personne ne le conteste. Par contre, il n'ont pas du tout prouvé que ce changement était dû à l'homme ! Je conseille à tous ceux qui croient à l'influence de l'homme sur le climat d'aller voir "Historium" à Bruges: ils y apprendront qu'au 12ème siècle, Bruges était un port de mer, les bateaux remontaient par le Zwin jusqu'à Sluis où une écluse leur permettait de prendre un canal jusqu'à Bruges. De nos jours, Sluis n'est plus au bord de mer et le Zwin n'est plus navigable, le niveau de la mer devait forcément être 3-4m plus haut que maintenant. Vous n'avez jamais remarqué non plus que tous les villages de la côté sont "doubles": Nieuport bain/Nieuport village, Coxyde bains/Coxyde village, etc. avec les "villages" à 3-4 km à l'intérieur des terres. Pourquoi ? parce que la mer allait plus loin quand ces villages ont été créés, puis elle s'est retirée sous l'effet du refroidissement et avec la mode des bains de mer, on a créé la version "bains" en bord de mer actuelle. Il y a des tas d'autres exemples de variations récente du niveau des mers comme Herculanum et Pompéi qui étaient des ports mais sont maintenant à 5 km de la mer. Le climat a toujours changé, nous sommes dans une phase de réchauffement mais il y a eu une phase de refroidissement aux 18 et 19ème siècles (petit âge glaciaire). Nous sommes bien d'accord que le climat change mais ne nous trompons pas sur la cause de ce changement. Par la folie des Ecolos, nous allons nous imposer des tas de restrictions inutiles, ils veulent arrêter la croissance et créer le chômage et la misère pour RIEN ! Voyez déjà ce que provoquent les (faibles) restrictions dues au Coronavirus. Vous voulez cent fois pire ?

  • Posté par Moreau Michel, vendredi 2 juillet 2021, 16:59

    Le seul fait que les Etats aient accepté d'inféoder la souveraineté de leurs populations à ces clauses d’arbitrage privé démontre parfaitement le succès absolu de la stratégie néo-libérale de soumission du politique à l'économie. La mise en place de ces mécanismes d'asservissement par des tribunaux d'exception (dont les procédures sont en soi dissuasives) démontre tout aussi clairement comment ceux qui exigent ces égards, parce qu'ils prendraient selon eux plus de 'risques', se sont en fait construit ainsi des rentes indéfinies parfaitement sécurisées ! Pour plus de détails on peut se référer à Susan George (Les usurpateurs, 2014, au Seuil) ou, encore plus détaillé, à Renaud Beauchard (L'assujettissement des Nations, 2017, chez Charles L. Mayer)... qui leur permet de contourner les tribunaux nationaux et de l’UE pour obtenir des compensations financières exorbitantes qu’elles n’auraient pas obtenues devant ces tribunaux ordinaires.

  • Posté par Moreau Michel, vendredi 2 juillet 2021, 17:10

    Oups... sans la dernière phrase, simple citation de cette utile la carte blanche, laissée là par mégarde !

  • Posté par Dejolier Bruno, vendredi 2 juillet 2021, 14:35

    Et pourquoi pas negocier des aides aux entreprises en question pour qu'elles se reorientent vers les energies renouvelables ?

  • Posté par Linard Bernard, vendredi 2 juillet 2021, 11:53

    Quand on aura fini d'en parler, il sera trop tard.

Plus de commentaires

Aussi en Cartes blanches

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs