Accueil Monde Proche-Orient

Liban: «J’ai mis mon réveil à 4h30 pour pouvoir faire le plein d’essence»

Au pays du Cèdre, l’essence est devenue une denrée rare… et chère. Il faut plusieurs heures d’attente aux automobilistes pour remplir leur réservoir. Le Liban sombre toujours plus dans une sombre crise économique.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Il est 6h30 dans le quartier de Gemmayzé à Beyrouth. La station essence Medco n’ouvre que dans une heure mais la queue s’étend déjà sur près d’un kilomètre devant les pompes.

Certains automobilistes dorment derrière leur volant. D’autres ont abandonné leur véhicule et sont allés prendre un café pour faire passer le temps. Au début de la file, Joseph, 25 ans, tapote sur son écran de téléphone. « J’ai mis mon réveil à 4h30 pour être dans les premiers et ne pas arriver en retard au bureau, mais je préviens mon patron au cas où, » dit-il, assis dans sa Honda noire.

En proie à une crise économique sans précédent, le Liban vit depuis plusieurs semaines au rythme des pénuries d’essence. Faute d’approvisionnement, les stations distribuent le précieux carburant au compte-gouttes.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Proche-Orient

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs