Accueil Société

«Cette faiblesse de notre système va devenir handicapante»: Emmanuel André alerte sur une faille dans le tracing belge

Le microbiologiste explique sur Twitter que dans certains cas de figure, un supercontaminateur pourrait bien passer entre les mailles du tracing et ainsi relancer l’épidémie plus rapidement.

Temps de lecture: 2 min

L’expert Emmanuel André est inquiet : notre système de tracing connaît certaines failles, qu’il a expliquées sur Twitter ce jeudi.

« Le tendon d’Achille de notre système de contrôle des infections en Belgique réside encore et toujours dans le fait que le concept de ‘backward contact tracing’ n’a pas été intégré dans le système de tracing. Je vais tenter d’expliquer ici pourquoi. La transmission du COVID prend deux routes. La première, c’est la route ‘intuitive’: j’ai été en contact rapproché avec une personne qui est positive. Je suis donc considéré à haut risque d’être contagieux (je me fais tester) ou de le devenir (je me mets en quarantaine). La deuxième, ce sont les événements super-contaminateurs : j’ai participé à un événement durant lequel j’ai été contaminé alors que je n’ai pas spécialement eu de contacts que je juge ‘à haut risque’. Je ne sais pas où ni quand ni par qui j’ai été infecté », tweet le microbiologiste. « Le système de santé en Belgique ne permet pas d’identifier ces événements super-contaminateurs » au cours desquels les Belges sont potentiellement infectés, précise-t-il.

« Avec un nouveau variant et de plus en plus de regroupements sociaux qui sont organisés (assouplissement, Euro, vacances…), cette faiblesse de notre système va devenir particulièrement handicapante et nous expose à une reprise plus rapide de l’épidémie ». Selon lui, il faut profiter du fait que l’épidémie soit dans un creux pour rectifier le tir, ce qui permettrait d’éviter une recrudescence de l’épidémie. « Mon conseil donc: si vous pensez que vous avez été contaminé lors d'un tel événement, signalez-le toujours le plus rapidement possible à l'organisateur, au call center et au bourgmestre de la commune si c'est un événement officiel. »

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

16 Commentaires

  • Posté par Joute Dodo, samedi 3 juillet 2021, 0:06

    Très honnêtement, si Emmanuel André veut faire quelque chose d'utile, et cela vaut aussi pour De Vlieger et les autres, c'est de fermer leur grande G*** et retourner à leurs éprouvettes. Tous ces scientifiques sont utilisés pour des buts qu'ils ne soupçonnent pas et auxquels ils ne souscrivent certainement pas.

  • Posté par massacry olivier, samedi 3 juillet 2021, 20:53

    Dans ce cas alors comment et dans quels but sont-ils utilisés et par qui? Dire que la pandémie est instrumentalisée penche vers le conspirationniste.

  • Posté par Joute Dodo, samedi 3 juillet 2021, 15:06

    Il n'y a pas de complot, il y simplement instrumentaliser une pandémie. Car le virus est là, et il faut continuer à se protéger et on n'en a pas encore fini avec cette saloperie de virus.

  • Posté par massacry olivier, samedi 3 juillet 2021, 10:54

    Tout comme votre commentaire,...au moins que vous aussi vous souscriviez à la thèse du complot?

  • Posté par Raspe Eric, vendredi 2 juillet 2021, 13:22

    Ce n'est pas que la détection des évènements super-contaminateur qui est un problème. C'est tout le système de testing-tracing-quarantaine qui depuis le début était déficient et est resté le talon d'Achille de la lutte contre l'épidémie en Belgique. C'est même la cause principale du lourd bilan que nous avons subi. C'est l'échec objectif de nos autorités dans la gestion de la crise sanitaire. Il trouve son origine dans le refus d'utiliser les données de nos objets connectés pour mesurer objectivement nos relations sociales qui sont à la base de la propagation de la maladie. Il y avait moyen de les utiliser dans le respect de la vie privée pour avoir une cartographie précise en temps réel de la propagation de l'épidémie. Au lieu de cela, celle-ci dépendait d'une enquête manuelle par des centres d'appel auxquels personne ne fait confiance et à qui on ne dévoile de ce fait rien. Avec des données pourries on a des statistiques pourries comme on a de la soupe immangeable avec des légumes pourris. D'autant que les centres d'appel ont été choisi de manière biaisée grâce à F. Robben comme l'a démontré le reportage de Pano sur la VRT. D'autant que les questions posées par les centres d'appel ne permettaient en outre pas d'obtenir les informations utiles. Tout cela parce que les incompétents du MR entre autre ont pensé se refaire une virginité à propos du respect de la vie privée à moindre coût (si 25000 morts est un moindre coût!) après avoir capitulé en rase campagne devant les GAFAs qui exploitent toutes les données que nous leur donnons gracieusement pour se faire des couilles en or massif.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko