Accueil Opinions Éditos

Responsabiliser plutôt que sanctionner le personnel soignant

Le bon sens voudrait que l’ensemble du personnel soignant soit vacciné, mais ce bon sens se heurte immédiatement aux fondements des libertés individuelles.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Société Temps de lecture: 2 min

Voici quelques semaines, le Grand Baromètre Le Soir-RTL-TVI-Ipsos-Het Laatste Nieuws-VTM avait créé la surprise : une majorité de la population se disait désormais clairement en faveur d’une vaccination obligatoire. Surprise car, quelques mois plus tôt, ce camp-là était minoritaire. Autre donnée, française et dans l’actualité immédiate cette fois : selon un sondage du Figaro, 72 % de nos amis d’outre-Quiévrain sont favorables à une vaccination obligatoire pour le personnel soignant cette fois.

Soyons de bons comptes, ce dernier chiffre colle à peu près à la réalité belge dans ce secteur, ainsi que le montrent les données de Sciensano révélées ce jour par Le Soir.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

13 Commentaires

  • Posté par Raspe Eric, vendredi 2 juillet 2021, 12:23

    Au delà de toutes considérations sur la liberté et la responsabilité qui y est inévitablement liée, le problème de la vaccination du personnel soignant se pose aussi dans la confiance que l'on peut lui accorder. Si ce personnel soignant croit aux sornettes débiles débitées par les antivax qui sont contredites systématiquement par toutes nos connaissances en biologie et médecine sur lesquelles se basent également les soins que ces personnes prodiguent, comment peut-on leur faire confiance à propos du fait qu'elles comprennent les soins quelles apportent et que ceux-ci soit adéquats et correctement effectués? Si ce personnel soignant ne connait rien du développement et de l'approbation des dispositifs de santé qu'il doit administrer au point d'être incapable de juger si cette approbation est trop rapide ou non et s'ils peuvent faire confiance dans ces dispositifs, comment peut-on faire confiance dans le fait que ce personnel administrera les soins en connaissance de cause? Le refus de la vaccination par le personnel soignant pose en outre un aléa moral. Ce refus signifie que ledit personnel soignant fait passer son intérêt personnel avant celui de la personne qu'il soigne. Comment alors, peut-on lui faire confiance à propos de la qualité des soins apportés? Comment ne pas craindre que parce qu'il juge ne pas être assez rémunéré, un dispensateur de soin ne les bâclera ses soins pour ne pas effectuer une minute de travail de trop? La crise sanitaire de l'année dernière à révélé au grand jour le scandale de la rémunération insuffisante et des conditions de travail indignes de l'époque actuelle auxquelles le personnel soignant dans son ensemble est soumis. A juste titre, nous avons applaudi ce personnel en guise de soutien l'année dernière. Ce crédit est malheureusement totalement ruiné par la minorité qui refuse de ce faire vacciner pour 36000 mauvaises raisons. Nos autorités ont maintenant un argument de poids pour tergiverser encore longtemps avant de régler ce problème pertinent. Si le personnel soignant est incapable d'accepter de se protéger pour protéger ceux qu'il soigne, leur argument sera pourquoi devrions-nous faire des efforts en leur faveur? Que les syndicalistes interrogés y réfléchissent à deux fois!

  • Posté par Visiteur, vendredi 2 juillet 2021, 12:21

    OK pour le bon sens... La réalité est tout autre et je suis à l aise pour en parler car je suis vaccinée .... Quoi que l on dise il y a parfois des effets secondaires très inconfortables qui ne sont pas nécessairement répertoriés sous prétexte que cela ne dure que 48 h, que c'est dérisoire par rapport au danger de la maladie etc etc ...un peu comme si il n'y avait plus que le covid à éviter. Personnellement, depuis mon vaccin, je n'ai plus la même forme ....quand je parle à mon médecin, elle me dit que mes plaintes sont similaires à d'autres patients...mais les effets indésirables pas avérés donc no Problem pour l OMS Je comprends donc la réticence de soignants en bonne santé...il ne s'agit pas ici, uniquement, de liberté individuelle. Je suis pensionnée mais, suite à mon vaccin si j'étais toujours sur le marché du travail, je serais en arrêt maladie...?????on peut comprendre les réticences.

  • Posté par STORDIAU Pierre, mardi 13 juillet 2021, 20:57

    Vous avez raison ; il m'arrive aussi d'avoir une "petite panne" mais ... au lit ! Donc ce devrait être l'âge ... plutôt que Pfizer ! LOL

  • Posté par Le Cynique, dimanche 4 juillet 2021, 13:49

    Visiteur:Votre avis devrait être propagé et affiché partout en grand à l'entrée de ces "centres" de vaccination. """Personnellement, depuis mon vaccin, je n'ai plus la même forme """ Tout est dit! jamais pour moi!

  • Posté par Bastin Eric, vendredi 2 juillet 2021, 9:08

    Il faudra bien à un moment cesser de tergiverser, faute de quoi nous allons tout droit vers un troisième hiver pourri par le Covid, avec son cortège de fermetures et de restrictions en tous genres. Donc, obligation vaccinale pour les plus de 45 ans, pour les personnes qui présentent des risques connus d'elles-mêmes ou de leurs médecins, et pour le personnel soignant, bien évidemment. Il est totalement inadmissible qu'une partie non négligeable du personnel soignant ne se fasse pas vacciner. Et il faut arrêter de brandir sans cesse l'argument de la liberté individuelle. C'est la liberté individuelle de tous qui est en péril à cause de l'irresponsabilité d'une minorité. Et non, je ne suis pas libre non plus de rouler à 250 kilomètres heures, parce que je mettrais, ce faisant, autrui en danger outre moi-même. La liberté s'arrête là où commence, etc.

Plus de commentaires

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs