Chemin de fer: CSC et CGSP rejettent également le projet de protocole d'accord social

Lors du comité de pilotage tenu le jeudi 1er juillet, les deux groupements syndicaux ont manifesté leur mécontentement par rapport à un accord social, qui selon eux, ne satisfait pas les demandes du personnel en matière d'emploi, de bien-être et de pouvoir d'achat.

Selon la CSC-Transcom, l'emploi statutaire est maintenu mais, à l'avenir, il sera uniquement réservé aux catégories opérationnelles. Alors que, dans la balance, la récolte est maigre pour les cheminots : un euro de plus sur des chèques repas dont le montant ne s'élève aujourd'hui qu'à 5,50 euros. 

Du côté de la CGSP Cheminots, on redoute même une nouvelle diminution de l'emploi à hauteur de 1.400 équivalents temps plein à l'échéance 2022, par rapport à la situation au 1er janvier 2020.

"On renvoie donc la balle à la direction. Revenez avec un accord revu en profondeur, pas des petites modifications en marge du protocole présenté. La porte aux négociations reste entrouverte de notre côté mais il faudra vraiment venir avec une autre proposition pour le prochain comité de pilotage prévu le 8 septembre", a indiqué à Belga Pierre Lejeune, président national du syndicat socialiste.

Le rejet actuel ne signifie pas un refus ferme et définitif pour les syndicats et les discussions devraient reprendre dès la semaine prochaine. Mais sans réelle amélioration de la version actuelle, Pierre Lejeune prévient déjà "ne pas pouvoir garantir la paix sociale début septembre".

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous