Un bateau de migrants visé par des tirs de gardes-côtes libyens en mer Méditerranée

Le bateau libyen a tenté de renverser l’embarcation de migrants.
Le bateau libyen a tenté de renverser l’embarcation de migrants. - Sea Watch.

L’ONG Sea Watch a diffusé vendredi la vidéo d’un incident violent dans les eaux internationales sous responsabilité maltaise. Son avion de recherches Seabird a « été témoin d’une attaque brutale de soi-disant gardes-côtes libyens dans la zone de recherches et de sauvetage maltaise. Notre vidéo montre des tirs à l’arme à feu en direction du bateau » transportant des migrants. On entend sur la vidéo ce qui semble être des coups de feu. « Les soi-disant gardes-côtes libyens ont tenté plusieurs fois d’enfoncer l’embarcation et ont jeté des objets aux personnes » sur le bateau. Selon l’ONG, tous les passagers sont arrivés à Lampedusa et il n’y aurait aucun blessé.

Au Service européen d’action extérieure, le bras diplomatique de l’Union européenne, on s’inquiète des images montrant « un usage inapproprié et dangereux de la force par les autorités maritimes libyennes ». « Nous notons la déclaration de la marine libyenne qui condamne tout comportement ou action qui viole les standards et les lois locales et internationales. Et qui confirme qu’elle prendra des mesures. » L’Union européenne assure maintenir le dialogue avec les autorités libyennes pour faire respecter les droits de l’homme. La Commission européenne, elle, a déclaré à la mi-journée être « en train de vérifier les faits et circonstances de l’incident. C’est une source d’inquiétude, nous demanderons des explications à nos partenaires libyens. Nous suivrons de près et demanderons des explications. Nous lancerons une enquête sur ce qui s’est passé. » Des ONG d’aide aux migrants critiquent régulièrement l’hypocrisie de la politique migratoire aux frontières extérieures de l’Europe, dont en mer Méditerranée.

L’ONG Sea Watch ne se satisfait nullement de ces réactions : « Cet incident n’a rien de neuf », s’agace la porte-parole. « Nous avons observé et documenté d’autres incidents identiques. Il est clair que la coopération avec les soi-disant gardes-côtes libyens doit être stoppée », rappelant les accords financiers existants entre les gardes-côtes libyens et l’Union européenne.

 
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous