Dylan Teuns dédie sa victoire à son grand-père décédé: «J’espère qu’il est fier de moi»

Dylan Teuns dédie sa victoire à son grand-père décédé: «J’espère qu’il est fier de moi»
AFP

Dylan Teuns était soulagé samedi après-midi après avoir remporté la première étape alpestre du Tour de France 2021. Après un début d’année un peu difficile, le Limbougreois de 29 ans, de Bahrain-Victorious, a savouré cette victoire qu’il dédie à son grand-père décédé.

Jusqu’ici, 2021 n’était pas l’année de Dylan Teuns. Il est passé à côté de la sélection olympique et n’a pas brillé dans les classiques printanières. Cela ne rend sa victoire au Grand-Bornand samedi que plus savoureuse. « Je m’étais fixé des objectifs cette année, mais je ne m’en étais même pas approché jusqu’ici. Maintenant, je peux enfin célébrer », indiquait le coureur, frisonnant après un passage très humide dans les Alpes.

« Tactiquement, ce n’était pas aisé aujourd’hui. Il y avait beaucoup de nervosité au début. C’était difficile de faire la différence avec un groupe quand tu as 60 coureurs devant qui y vont. Et puis Wout (Poels, NDLR) a pris les commandes tout seul, avec le maillot à pois en ligne de mire. Ça a facilité les choses : juste suivre la roue. Même pas besoin de forcer. »

« Je me suis finalement retrouvé dans le premier groupe tout comme Wout. L’avant-dernier col (Col de Romme, NDLR) était un peu étrange. Ils sont partis à fond dès le pied. J’avais du mal à suivre le rythme, mais je suis bien revenu », a expliqué Dylan Teuns, qui est parvenu à rejoindre et dépasser Michael Woods dans le dernier col avant d’amorcer la descente vers Le Grand-Bornand en solitaire.

Le Belge n’a pas été avisé par son responsable d’équipe du retour du Slovène Tadej Pogacar. « J’ai appris au sommet que j’avais encore 1 : 15 ou 1 : 05 d’avance. Je me suis dit que si j’avais atteint le sommet avec un avantage d’une minute, ça devrait aller dans la descente. C’est fantastique de gagner au Tour de France. »

En franchissant la ligne d’arrivée, Dylan Teuns a pointé son index vers le ciel en mémoire à son grand-père décédé quelques jours avant le départ du coureur pour la Grande Boucle. « Les dix derniers kilomètres ont été très émouvants. J’espère et je pense qu’il est fier de moi. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous